Presse Indépendante d’Information en Ligne : négociation ouverte pour la création d’une grille de salaires des journalistes

C’est un beau et enthousiasmant chantier qui vient d’être ouvert par le Spiil, le syndicat de la presse indépendante d’information en ligne : composer (enfin) une grille de rémunérations pour les journalistes.

Le Spiil, syndicat créé en 2007, compte aujourd’hui 270 éditeurs et 340 publications. Il regroupe les éditeurs de presse en ligne, mais aussi les éditeurs de la presse papier indépendante. Ce sont en majorité des petites entreprises (moins de 10 salariés), mais ce secteur emploie tout de même 1500 journalistes au total. Il est donc temps de donner un cadre social à ces salariés, alors que nous constatons des abus dans certaines entreprises, qui profitent de cette absence de grille pour payer peu où à la tête du client.

Dans les différentes branches de la presse écrite, la plupart des grilles de salaires des journalistes ont été bâties entre les années 50 à 70, revue dans les années 80. Les classifications, datant elle aussi de l’ère pré-numérique, sont souvent obsolètes et les qualifications et compétences demandées aux journalistes ont bien évolué.

Agilité et nouvelles fonctions

Bâtir une grille de salaires en 2023 demande un peu d’agilité pour prendre en compte l’évolution du rapport au travail : il est en effet temps de dire que dans les rédactions, les journalistes n’ont pas forcément vocation à devenir encadrants, mais que cela ne doit pas pénaliser leur carrière en les faisant « végéter » aux indices intermédiaires. C’est pour cela que CFDT-Journalistes voit d’un œil favorable l’approche qui est proposée de définir des compétences qui, s’ajoutant les unes aux autres en fonction des fiches de poste, permettront de définir un coefficient.

Ces compétences, existantes ou nouvelles, ont été listées : au socle de base « Rédaction ou édition », viendront s’ajouter différents savoir-faire : prise de son, de photos, tournage et montage de vidéos, veille documentaire journalistique, data journalisme, édition multimédia, édition sur les réseaux sociaux, édition SEO, tutorat (pour l’accompagnement des jeunes journalistes), responsabilité éditoriale, éducation aux médias et encore présentation d’émission.

Au côté de l’expertise de métier resteront les compétences d’encadrement avec deux niveaux proposés : encadrement de 1 à 10 journalistes ; encadrement de plus de 10 journalistes.

Permettre les évolutions de carrière

Ce qui ressort des premières discussions, c’est qu’il ne serait nullement question d’encourager la création de journalistes « shiva », mais bien de reconnaître les compétences multiples désormais demandées aux journalistes. Il faudra certainement mettre des graduations à tout ceci afin de permettre les progressions des carrières. Cela passera certainement aussi par la signature d’accords de formation au sein de cette branche.

Pour la CFDT, il est clair que la nouvelle grille devra être adaptée aux pigistes, auxquels les entreprises demandent aussi de multiples compétences.

Enfin, il faudra au Spill sortir du « corporatisme » des journalistes pour regarder le collectif de travail dans son ensemble et bâtir, avec la même philosophie, une grille pour les employés, ouvriers et cadres de cette branche…

Les employeurs de ce secteur en pleine expansion doivent prendre conscience que ce n’est pas en tirant les salaires vers le bas qu’on assure son avenir. On compte sur leur ambition pour donner à cette branche un cadre social digne de ce nom.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Les actualités

Les actualités des pigistes

Enable Notifications OK No thanks