Les pigistes du Monde diplomatique doivent avoir voix au chapitre !

Communiqué CFDT du 20/03/2023

Les journalistes pigistes sont la richesse du Monde diplomatique : chaque mois, ils signent une grande partie des articles du journal, reportages et enquêtes d’une grande qualité. 

Néanmoins, alors que Le Monde diplomatique réalise de jolis bénéfices (+2,6 millions d’euros en 2021) et possède des réserves financières conséquentes, les pigistes de ce journal sont faiblement rémunérés au regard du temps qu’ils consacrent à leurs enquêtes (plusieurs semaines, voire plusieurs mois par sujet). Ainsi, rapporté à leur temps de travail effectif, des journalistes du Monde diplomatique se retrouvent parfois rémunérés moins que le SMIC horaire. Ces travailleurs précaires n’ont pas accès aux œuvres sociales de l’entreprises, ni à l’intéressement (intéressement qui a représenté la somme de 488 565€ en 2021). 

Le 4 avril 2023 auront lieu les élections au Comité social et économique du Monde diplomatique. Participer à la négociation du protocole d’accord préélectoral a permis à la CFDT, pour l’heure absente dans l’entreprise, de relever un problème majeur : la disproportion entre la place des journalistes rémunérés à la pige – très nombreux, et produisant une très grande partie du contenu – et la façon dont ils sont considérés.

Selon la direction du journal, le titre compte 31 salariés permanents et 115 pigistes. Pourtant, le 14 mars, date de dépôt des listes,aucun pigiste n’a pu se porter candidat. Il ne s’agit pas d’une interdiction, évidemment, mais d’une conséquence de critères d’éligibilité qui s’en tiennent aux dispositions légales. Si ces critères d’éligibilité (disposer de 9 fiches de paie sur les 12 derniers mois dont 2 dans les 4 derniers mois) ne font pas obstacle à la représentation des pigistes dans certaines entreprises, notamment celles qui les font travailler à une très grande régularité, ils nécessitent une adaptation mieux-disante dans des entreprises comme Le Monde diplomatique, où non seulement la parution est mensuelle, mais où la politique RH privilégie un large volant de pigistes ne signant qu’une ou deux fois par an, pour la plupart. Résultat : alors que les chantiers nécessaires pour mieux prendre en compte les pigistes nécessitent de les écouter, ils ne seront pas autour de la table du CSE. Par ailleurs, seule une poignée de pigistes auront le droit de vote.

La CFDT a tout fait pour assouplir ces conditions (électorat et éligibilité), en vain. Ailleurs dans la presse, la place des pigistes parmi les représentants du personnel ne fait plus débat. C’est non seulement une question de justice, une nécessité démocratique, et une chance pour l’entreprise : partout où ils sont élus, les pigistes apportent un regard neuf, pragmatique, et sont de véritables alliés des titres, tant ils y sont attachés et contribuent, par leur savoir-faire, à leur pertinence. 

Le Monde Diplomatique ne serait pas Le Monde Diplomatique sans ses pigistes. Le Monde Diplomatique ne peut pas rester Le Monde Diplomatique s’il ne fait pas évoluer radicalement sa conception de la place des pigistes en son sein. Par conséquent, le mensuel doit s’inspirer de sa ligne éditoriale afin d’améliorer ses pratiques salariales.

Paris, le 20 mars 2023 

Contacts : journalistes@f3c.cfdt.fr – snme@f3c.cfdt.fr

Lire aussi notre appel à candidature (dates expirées) :

Les actualités

  • « Sécurité globale » : LDH et Journalistes demandent le retait pur et simple

    Communiqué commun Une proposition de loi sécurité globale contre la liberté de la presse   La proposition de loi dite de « sécurité globale », déposée par la majorité gouvernementale, entend interdire la diffusion, par tous moyens, de l’image d’un policier, d’un gendarme ou d’un militaire en opération, dans le but de porter atteinte à leur intégrité physique ou psychique.…

  • Renouvellement de la carte de presse : dématérialisation et plus grande souplesse

    La campagne de renouvellement de la carte de presse a débuté le 3 novembre 2020. Les titulaires ont reçu un courrier de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP) leur indiquant la marche à suivre. Quelques nouveautés et possibles confusions nécessitent de faire le point. LES FRAIS : AVANCER OU NON LA PART EMPLOYEUR ?…

  • Proposition de loi Sécurité collective : un texte inacceptable contre la presse et les journalistes

    Le groupe parlementaire LREM a déposé une proposition de loi sur la sécurité collective qui devrait venir en discussion dans les jours à venir. Ce texte, élaboré sans aucune concertation avec les organisations syndicale de journalistes, porte atteinte à la liberté de la presse et au libre exercice de la profession de journaliste. En effet,…

  • Avec ou sans carte de presse, quelles sorties pour les journalistes ?

    « La carte de presse suffit pour les déplacements des journalistes : il n’est pas utile d’avoir en plus une attestation de l’employeur. Les autres personnels de rédaction peuvent se déplacer avec une attestation permanente de l’employeur. » C’est ce qu’a indiqué le ministère de la Culture aux syndicats de journalistes, après consultation de la cellule de…

  • Arrêts maladie et maternité : la discrimination envers les pigistes en passe d’être levée

    Communiqué du 7 octobre 2020 La CFDT-journalistes et la F3C CFDT (Fédération Communication conseil culture) se réjouissent de l’imminence de la publication d’un arrêté qui va permettre de niveler les conditions d’accès des journalistes pigistes aux indemnités journalières de congé maladie, maternité et paternité sur l’ensemble des salariés, de même que les pensions d’invalidité. En…

Enable Notifications OK No thanks