JDD : le grand remplacement ?

Le rassemblement à Paris, le mardi 27 juin 2023 (photo Jérôme Citron)

Les nombreuses et récentes acquisitions de Vivendi dans les médias, la production audiovisuelle et l’édition constituent pour la F3C CFDT un facteur de déséquilibre de l’offre et une atteinte à la diversité culturelle et à la liberté d’être informé. La F3C CFDT regrette à nouveau que ni le gouvernement ni le législateur n’ait agi concrètement contre les concentrations voraces pour préserver le pluralisme des industries culturelles, des médias et de l’information en France.

La F3C CFDT appelle à nouveau les pouvoirs publics à prendre conscience que les puissances économiques, aussi privées soient-elles, ne doivent ni fragiliser notre démocratie ni aller à l’encontre de l’intérêt général.

Aujourd’hui, c’est le Journal du Dimanche qu’on assassine. L’ensemble des structures CFDT concernées par la volonté affichée par le groupe Vivendi de modifier en profondeur la ligne éditoriale du JDD pour l’orienter clairement vers une presse d’opinion d’extrême droite y sont opposées. C’est une attaque protéiforme contre l’histoire même du journal, la relation qu’il entretient avec ses lecteurs, sa pérennité et évidemment celle des emplois de ses journalistes et de l’ensemble des salariés qui ont œuvré pour en faire ce qu’il est aujourd’hui.
La F3C CFDT soutient la grève en cours au JDD et appelle Vivendi et Vincent Bolloré à considérer la situation de manière adaptée et avec raison.

Si Vivendi a un projet idéologique et veut créer un journal d’opinion, il peut le faire sans aucune difficulté, il dispose de tous les moyens financiers pour cela sans détruire tout ce qu’a été et tout ce qu’est le JDD.

La F3C CFDT est fermement déterminée et mobilisée pour stopper la transformation du Journal du Dimanche en Journal d’extrême droite.

Les actualités

  • Renouvellement de la carte de presse : dématérialisation et plus grande souplesse

    La campagne de renouvellement de la carte de presse a débuté le 3 novembre 2020. Les titulaires ont reçu un courrier de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP) leur indiquant la marche à suivre. Quelques nouveautés et possibles confusions nécessitent de faire le point. LES FRAIS : AVANCER OU NON LA PART EMPLOYEUR ?…

  • Proposition de loi Sécurité collective : un texte inacceptable contre la presse et les journalistes

    Le groupe parlementaire LREM a déposé une proposition de loi sur la sécurité collective qui devrait venir en discussion dans les jours à venir. Ce texte, élaboré sans aucune concertation avec les organisations syndicale de journalistes, porte atteinte à la liberté de la presse et au libre exercice de la profession de journaliste. En effet,…

  • Avec ou sans carte de presse, quelles sorties pour les journalistes ?

    « La carte de presse suffit pour les déplacements des journalistes : il n’est pas utile d’avoir en plus une attestation de l’employeur. Les autres personnels de rédaction peuvent se déplacer avec une attestation permanente de l’employeur. » C’est ce qu’a indiqué le ministère de la Culture aux syndicats de journalistes, après consultation de la cellule de…

  • Arrêts maladie et maternité : la discrimination envers les pigistes en passe d’être levée

    Communiqué du 7 octobre 2020 La CFDT-journalistes et la F3C CFDT (Fédération Communication conseil culture) se réjouissent de l’imminence de la publication d’un arrêté qui va permettre de niveler les conditions d’accès des journalistes pigistes aux indemnités journalières de congé maladie, maternité et paternité sur l’ensemble des salariés, de même que les pensions d’invalidité. En…

  • Groupe NRJ : Mauvais coef’, mauvaise affaire ! La direction doit faire toute la lumière sur les salaires

    Communiqué SNJ-CFDT du 24 septembre 2020 Quand les coefficients de rémunération indiqués sur les fiches de paie de certains journalistes et animateurs sont erronés, nous fronçons les sourcils. Quand le montant minimum de classification inscrit juste à côté est obsolète depuis quatre ans, nous devenons suspicieux. Les minima conventionnels sont-ils bien respectés ? C’est la question…

Enable Notifications OK No thanks