Les forces de l’ordre doivent protéger les journalistes, pas s’en prendre à eux !

page1image1934560 page1image1933728 page1image1934976 page1image1937680

Communiqué SNJ (Solidaires) – SNJ-CGT – CFDT-Journalistes – SGJ-FO

La profession est toujours sous le choc. Des journalistes ont été délibérément pris pour cible, certains blessés avec plusieurs jours d’ITT, par des policiers de la Brav-M, le 8 juillet place de la République à Paris, alors qu’ils couvraient pour leurs médias le rassemblement en mémoire d’Adama Traoré, interdit par la préfecture de police de Paris quelques jours plus tôt.

Sur des images très nettes et sans équivoque, on voit la police s’en prendre délibérément aux journalistes.

Ce cas n’est pas anecdotique. Ces derniers mois, quand ils couvraient les manifestations contre la réforme des retraites ou les émeutes, de nombreux journalistes ont été empêchés de travailler par des forces de l’ordre déployées sur le terrain. Utilisation de flashs pour les éblouir, mise à distance, coups, interpellations avec mise en garde à vue, sous prétexte qu’on les confondrait avec des manifestants, et alors même qu’ils présentent leur carte de presse.

Au-delà des événements « sensibles », les journalistes sont aussi régulièrement écartés, brutalisés et poursuivis lors de reportages sur des actions militantes (intrusions d’activistes lors de réunions d’entreprises à Paris, action anti-OGM dans l’Aveyron en novembre 2021, installation illégale d’un cirque à Nice en mars 2023, etc.).

Dernièrement, à Marseille, une journaliste a été frappée par un CRS en pleine ville, lors d’un contrôle de routine, hors de tout événement, quand il a vu sa carte de presse.

A Besançon, un journaliste de Radio Bip/Media 25 a été condamné à une amende d’un euro symbolique pour « intrusion » sur une voie ferrée suite à une manifestation sur les voies des opposants à la réforme des retraites. Lors de l’audience, le procureur de la République a osé affirmer que la carte de presse internationale, délivrée par la FIJ, n’était pas reconnue en France alors que le Schéma national du maintien de l’ordre (SNMO) la mentionne expressément comme un moyen « d’attester de la qualité de journaliste ».

La liste des dérives commence à être trop longue pour estimer qu’il n’y a pas de problème.

Le SNJ, le SNJ-CGT, la CFDT-Journalistes et le SGJ-FO, organisations syndicales représentatives de journalistes, condamnent ces agissements de policiers en complète roue libre, qui musèlent la liberté d’informer et d’être informé. Aucun membre du gouvernement n’a condamné ces dérives, même pas le ministère de l’Intérieur. C’est inadmissible dans une démocratie digne de ce nom.

Dans son rapport rendu en mai 2021, la commission Delarue a formulé plusieurs préconisations destinées à améliorer les relations entre les journalistes et les forces de l’ordre. Les modifications du SNMO, que nous avons obtenues en décembre 2021, allaient dans le bon sens, rappelant très clairement que les forces de l’ordre sont là pour protéger les journalistes et que leur présence est nécessaire.

La création d’un groupe de contact entre les organisations de journalistes, médias et les services communication du ministère de l’Intérieur, de la gendarmerie, de la police, de la préfecture de police de Paris devait permettre des échanges entre professions. Ce groupe de contact se réunit régulièrement depuis un an.

Les organisations syndicales représentatives de journalistes font régulièrement remonter des atteintes des forces de l’ordre contre des journalistes lors des réunions mensuelles du groupe de contact. Des journalistes ont également suivi des immersions sur le terrain auprès de forces de l’ordre, pour leur rappeler le rôle d’observateur du journaliste dans toute démocratie. Malheureusement sur le terrain, les directives ne redescendent pas : la Brav- M et d’autres corps de police, comme pendant les manifestations contre la réforme des retraites, continuent à viser expressément des journalistes.

Le SNJ, le SNJ-CGT, la CFDT-Journalistes et le SGJ-FO somment le ministre de l’Intérieur de protéger les journalises qui exercent leur mission d’informer au quotidien. Certains membres de la Brav-M et d’autres corps de police deviennent incontrôlables.

Le SNJ, le SNJ-CGT, la CFDT-Journalistes et le SGJ-FO estiment que le groupe de contact ne peut se résumer à un simple listing mensuel des journalistes pris pour cible par des forces de l’ordre, ne donnant souvent lieu à aucun retour sur les suites données. Nos organisations attendent un véritable changement sur le terrain, sinon, pour celles qui y siègent encore, elles quitteront le groupe de contact.

Paris, le 21 juillet 2023.

Les actualités

  • Salaires : quelques hausses au 1er juillet 2024 pour la presse écrite et les agences

    En attendant une éventuelle augmentation du SMIC à 1600 € net qui pourrait être portée par un nouveau gouvernement, le dialogue social se poursuit à petits pas au sein des différentes branches de la presse écrite, où des accords de NAO ont d’ores et déjà été signés dans la presse magazine, la presse hebdomadaire régionale,…

  • Journalistes, répondez à notre questionnaire sur le MANAGEMENT !

    Bonjour à toutes, bonjour à tous,  Pour le prochain numéro de « Profession journaliste », le magazine de CFDT-Journalistes, nous préparons un dossier sur le management. Pour dépasser nos propres expériences de managés ou de managers, nous avons préparé deux questionnaires à votre intention, selon votre profil. Merci pour les quelques minutes que vous prendrez pour y…

  • Tous et toutes aux côtés des 180 signataires menacés de mort

    Communiqué intersyndical Les 180 signataires d’une tribune publiée et initiée par le quotidien l’Humanité le 3 octobre 2023 ont été menacés « d’une balle dans la nuque » par un site internet d’extrême-droite. 44 plaintes ont déjà été déposées par Me Breham et plus d’une trentaine le seront en début de semaine prochaine par Mes…

  • Réseau libre : soutien total à nos collègues menacés de mort

    Communiqué du SNME-CFDT Une liste indigne dressée par un site d’extrême-droite, Réseau Libre, désigne des « candidats à une balle dans la nuque ». Ce site internet hébergé en Russie a débuté son travail de ciblage en ligne dès octobre 2023, désignant d’abord des avocats et des personnalités politiques. Plus récemment, le site a étendu…

  • Novethic : quand le climat passe à la trappe

    « Garantir une information libre de toute pression », « consolider l’indépendance des rédactions » : ces mots sont tirés de la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique, dont le SNJ-CGT et CFDT-journalistes sont signataires. Novethic porte haut ces valeurs et ses 24 salariés en sont fiers. Or le 5 juillet…

Enable Notifications OK No thanks