Marylise Léon rencontre les journalistes CFDT

« Etre journaliste, ça se défend ». Le message des journaliste-CFDT est bien passé auprès de Marylise Léon, la secrétaire générale de la CFDT qui, le 6 novembre, a participé à une rencontre avec les adhérents journaliste de la Fédération Culture, Conseil et Communication (F3C) à l’immeuble des Fédérations, avenue Simon-Bolivar à Paris.

Une rencontre « au top » avec des témoignages très forts de nos adhérents et militants journalistes sur la dégradation des conditions d’exercice de notre métier, et une écoute active de Marylise, qui a ensuite fait part de ses précieuses mises en perspective.

Philippe Cortay, délégué syndical au Dauphiné Libéré, a évoqué la course au clic, l’extension des demandes des rédactions (audio, vidéo, etc.) qui s’accompagne de la diminution de la présence sur le terrain, etc.

Laurent Villette, secrétaire fédéral F3C-CFDT en charge des négos de branche en presse écrite, a évoqué les rémunérations en baisse, notamment à l’embauche de jeunes journalistes, à peine au-dessus du Smic!

Renaud Dalmar, DS à Radio France et référent violences sexistes et sexuelles dans l’entreprise, a parlé de l’institutionnalisation des contrats précaires dans l’audiovisuel public, en particulier à Radio France où le prestige de l’entreprise semble pouvoir se substituer aux yeux de ses dirigeants à des conditions de rémunération et de travail correctes. Il a rappelé que 40 % des jeunes journalistes quittent le métier après 7 ans d’exercice.   

Corinne Renou-Nativel, pigiste et élue CSE Bayard, a évoqué les difficultés rencontrées par les pigistes : collaboration pouvant être remise en question par le changement d’un chef de service, isolement, méconnaissance des droits, paiements conditionnés à la date de parution parfois des mois après remise de l’article, baisse des tarifs, recours au paiement illégal par droits d’auteur et auto entreprenariat, etc.

Lors de son intervention Ariane Lavrilleux est revenue sur la nécessité de protéger les sources, mais aussi sur la précarité que subissent les pigistes en général.

Ariane Lavrilleux, pigiste notamment à Disclose, est revenue sur la perquisition et la garde à vue qu’elle a subies. Elle est passible d’une peine de 5 ans de prison pour avoir expliqué les ressorts de l’opération Sirli menée par la France en Egypte en se fondant sur des documents fournis par un lanceur d’alerte anonyme. Un récit limpide, et une totale solidarité exprimée par Marylise Leon et la CFDT sur ce risque démocratique majeur que constitue l’atteinte au secret des sources.

Nommée juste avant l’annonce de l’arrivée de Geoffroy Lejeune au JDD, elle a aussi regretté que la vaste mobilisation dont elle a fait partie n’ait pas empêché la prise de fonction du directeur de la rédaction du magazine Valeurs actuelles à la tête du JDD. « En tant que pilier démocratique, la presse se doit d’avoir en interne un fonctionnement démocratique, a-t-elle souligné. Les médias joueront un rôle crucial dans la bagarre contre l’arrivée au pouvoir de l’extrême-droite lors des prochaines élections présidentielles. » 

« Les journalistes avec lesquels j’ai échangé ce soir, sont passionnés par leur métier et le défendent. Malgré les difficultés. Précarité, intelligence artificielle, concentration des médias… En se battant pour les conditions de travail, ils se battent pour une presse de qualité », a estimé la secrétaire générale à l’issue de la rencontre. Merci à elle pour son soutien !

Lire le récit de cette rencontre dans Syndicalisme Hebdo : https://www.syndicalismehebdo.fr/article/la-cfdt-journalistes-rencontre-marylise-leon

Les actualités

  • Loi Sécurité globale : le conseil de déontologie journalistique et de médiation « s’inquiète du risque de voir se généraliser censure et autocensure »

    Le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM), organe indépendant d’autorégulation de la déontologie de l’information composé à parts égales de journalistes, de représentants du public, de diffuseurs, éditeurs et agences de presse, agit dans le but de renforcer la confiance entre la société et les professionnels de l’information. Il n’est pas dans son…

  • Samedi de forte mobilisation contre la loi sécurité globale

    « Même pas drones », « floutage de gueules »… Une vingtaine de manifestations ont réuni en France samedi 21 novembre des milliers de personnes contre la proposition de loi Sécurité globale (article 24, utilisation des drones…) et le Schéma national de maintien de l’ordre. CFDT Journalistes y était, parmi les organisateurs et les participants. L’article 24 a été…

  • Journalisme et police: inquiétude élargie et pétition contre le projet de loi

    Pétition et campagne d’interpellation des députés Le Parlement examine une proposition de loi présentée par des députés de la majorité gouvernementale « relative à la sécurité globale » qui s’inscrit dans le sillage sécuritaire des abondantes réformes des dernières années et des recours successifs à l’état d’urgence. Alors que cette proposition de loi porte lourdement…

  • Maintien de l’ordre: les critiques de CFDT Journalistes et de la FEJ

    Les échanges ont duré une heure et demi. CFDT-Journalistes a insisté sur les risques pour la démocratie que présente le Schéma national du maintien de l’ordre rendu public le 16 septembre 2020 par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et réaffirmé son opposition à la proposition de loi sur la sécurité globale déposée par le…

  • Une proposition de loi sécurité globale contre la liberté de la presse

    La proposition de loi dite de « sécurité globale », déposée par la majorité gouvernementale, entend interdire la diffusion, par tous moyens, de l’image d’un policier, d’un gendarme ou d’un militaire en opération, dans le but de porter atteinte à leur intégrité physique ou psychique. Ce texte est une réponse clientéliste du ministère de l’intérieur…

Enable Notifications OK No thanks