La CFDT veut encadrer l’utilisation de l’IA dans les rédactions

Dans un communiqué commun à CFDT Cadres et CFDT Journalistes diffusé ce mercredi 6 mars 2024, il est rappelé l’impérieuse nécessité d’avoir un encadrement de l’utilisation de l’intelligence artificielle dans les rédactions.

Les nouvelles technologies liées à l’intelligence artificielle (IA) gagnent du terrain dans les métiers de l’information. Les capacités des logiciels d’IA se développent à une vitesse exponentielle. Face à une IA vouée à devenir omniprésente dans les médias, les journalistes CFDT exigent que l’IA reste un outil au service des rédactions et s’opposent à ce qu’elle devienne une force de travail qui coûterait moins cher que les journalistes eux-mêmes, photographes, cadreurs, graphistes, traducteurs… Pour les journalistes, il est urgent de poser un cadre et des limites à cet outil en constante évolution, qui va impacter les métiers de l’information et sans aucun doute ébranler la confiance du public dans leur crédibilité.

Les journalistes CFDT ont élaboré un plan de travail, qu’ils ont présenté aux Etats Généraux de l’information le 30 novembre dernier, et qu’ils mettent régulièrement en avant auprès des employeurs.

Ethique :

• Ne pas utiliser de matériel IA qu’un journaliste n’a pas vérifié et considéré, après examen attentif, comme pouvant être utilisé.

• Négocier dans chaque entreprise de presse un accord qui cadre l’usage de l’IA et la mise en place d’un comité paritaire de suivi impliquant les représentants syndicaux, dans lequel des bilans chiffrés de l’utilisation de l’IA doivent être présentés et des décisions de réversibilité doivent pouvoir être prises.

• Systématiquement mentionner au public, et de manière non équivoque, qu’un contenu a été généré avec de l’IA.

• Réclamer que les pouvoirs publics/les entreprises n’utilisent pas l’IA à des fins de propagande, au risque de brouiller la frontière entre informations et publicité, voire produire des fake news.

• Clarifier la responsabilité éditoriale pour les contenus générés par une IA. Même pour un « contenu IA », le directeur de la publication doit rester responsable. En effet, en droit de la presse, le délit n’est pas l’écriture de l’article mais bien la publication de celui-ci.

Conditions de travail :

• L’IA, comme outil, ne doit pas se traduire par des réductions de postes dans les rédactions. Le temps de travail potentiellement gagné doit être mis au profit de l’enquête, du reportage, du débat au sein d’une rédaction, et de la baisse des surcharges de travail, et non limiter les postes.

• Systématiquement valoriser le terrain : privilégier une photo, un reportage sur place plutôt qu’une synthèse opérée par l’IA.

• Des formations doivent être proposées aux utilisateurs de l’IA en vue d’éviter des dérives.

• Derrière chaque contenu généré par l’IA, la CFDT réclame une révision professionnelle avant publication, qu’il s’agisse de texte, de sons ou d’images : relecture et correction par un journaliste, par un traducteur professionnel, par un ingénieur du son ou un graphiste…

• Négocier à l’échelle européenne une législation sur l’usage des IA en concertation avec tous les créateurs : journalistes, auteurs, musiciens, photographes, vidéastes…

Droits d’auteurs, droits voisins, droit d’opposition :

• Obtenir une juste rémunération des auteurs d’œuvres qui contribuent à de nouveaux contenus générés par l’IA.

• Elaborer une taxe européenne sur les machines pour compenser leur travail « gratis ».

• Elaborer des droits voisins sur les productions IA, à l’instar de ce qui a été validé pour les « productions humaines » avec une clé de répartition sur la part appropriée et équitable due aux journalistes et autres auteurs « ponctionnés » par les IA.

• Interdire aux IA de scanner des contenus sans autorisation de leurs auteurs.

• Mettre en place un droit d’opposition des détenteurs de droits sur les données soumises au droit d’auteur, utilisées par les IA.

Les actualités

  • Vers une EMI donnant goût à l’information journalistique et une reconnaissance aux intervenants journalistes

    Dans le cadre des Etats généraux de l’information, CFDT-Journalistes publie son cahier revendicatif au sujet de l’Education aux médias et à l’information. Il ne s’agit pas d’une position globale sur l’EMI en France mais sur la place des journalistes et du journalisme dans ces dispositifs. Afin que l’EMI se développe dans des conditions appropriées au…

  • Diffamation, injure : les élus se votent un rallongement du délai de prescription !

    Communiqué intersyndical SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, SGJ-FO Rallongement de la prescription du droit de la presse : c’est encore une fois la liberté d’informer qu’on bâillonne ! Les parlementaires ont décidément de plus en plus de mal avec la liberté d’expression. A l’occasion du débat au Sénat sur la proposition de loi renforçant la sécurité des élus…

  • Formation continue des journalistes : retour sur la CNMJ

    Le 1er février nous étions présents en force à la Conférence nationale des métiers du journalisme, à Lille. Le thème : la formation continue des journalistes. Pour les militants CFDT, qui siègent dans les commissions paritaires qui gèrent la formation continue des journalistes au plan national (CPNEF, AFDAS) et dans les commission formation des entreprises,…

  • Une délégation de pigistes engagés syndicalement reçue à l’Assemblée nationale

    Le 24 janvier, une délégation de journalistes pigistes engagés sydncialement, dans les instances nationales de leurs syndicats ou dans les CSE de leurs entreprises, ont rencontré plusieurs députés pour les sensibiliser aux difficultés des pigistes et leur proposer des actions. Cette rencontre marque aussi la montée en puissance de l’engagement des pigistes dans les syndicats,…

  • Au gouvernement Indien : n’expulsez pas notre consœur Vanessa Dougnac !

    Vanessa Dougnac, journaliste française correspondante en Inde de plusieurs journaux français, et principalement du journal La Croix, depuis plus de 20 ans, vient de se voir retirer son permis de résidente et pourrait être expulsée prochainement. En septembre 2022 elle s’était vu retirer son autorisation d’exercer dans ce pays, mais elle espérait que les démarches diplomatiques…

Enable Notifications OK No thanks