La CFDT veut encadrer l’utilisation de l’IA dans les rédactions

Dans un communiqué commun à CFDT Cadres et CFDT Journalistes diffusé ce mercredi 6 mars 2024, il est rappelé l’impérieuse nécessité d’avoir un encadrement de l’utilisation de l’intelligence artificielle dans les rédactions.

Les nouvelles technologies liées à l’intelligence artificielle (IA) gagnent du terrain dans les métiers de l’information. Les capacités des logiciels d’IA se développent à une vitesse exponentielle. Face à une IA vouée à devenir omniprésente dans les médias, les journalistes CFDT exigent que l’IA reste un outil au service des rédactions et s’opposent à ce qu’elle devienne une force de travail qui coûterait moins cher que les journalistes eux-mêmes, photographes, cadreurs, graphistes, traducteurs… Pour les journalistes, il est urgent de poser un cadre et des limites à cet outil en constante évolution, qui va impacter les métiers de l’information et sans aucun doute ébranler la confiance du public dans leur crédibilité.

Les journalistes CFDT ont élaboré un plan de travail, qu’ils ont présenté aux Etats Généraux de l’information le 30 novembre dernier, et qu’ils mettent régulièrement en avant auprès des employeurs.

Ethique :

• Ne pas utiliser de matériel IA qu’un journaliste n’a pas vérifié et considéré, après examen attentif, comme pouvant être utilisé.

• Négocier dans chaque entreprise de presse un accord qui cadre l’usage de l’IA et la mise en place d’un comité paritaire de suivi impliquant les représentants syndicaux, dans lequel des bilans chiffrés de l’utilisation de l’IA doivent être présentés et des décisions de réversibilité doivent pouvoir être prises.

• Systématiquement mentionner au public, et de manière non équivoque, qu’un contenu a été généré avec de l’IA.

• Réclamer que les pouvoirs publics/les entreprises n’utilisent pas l’IA à des fins de propagande, au risque de brouiller la frontière entre informations et publicité, voire produire des fake news.

• Clarifier la responsabilité éditoriale pour les contenus générés par une IA. Même pour un « contenu IA », le directeur de la publication doit rester responsable. En effet, en droit de la presse, le délit n’est pas l’écriture de l’article mais bien la publication de celui-ci.

Conditions de travail :

• L’IA, comme outil, ne doit pas se traduire par des réductions de postes dans les rédactions. Le temps de travail potentiellement gagné doit être mis au profit de l’enquête, du reportage, du débat au sein d’une rédaction, et de la baisse des surcharges de travail, et non limiter les postes.

• Systématiquement valoriser le terrain : privilégier une photo, un reportage sur place plutôt qu’une synthèse opérée par l’IA.

• Des formations doivent être proposées aux utilisateurs de l’IA en vue d’éviter des dérives.

• Derrière chaque contenu généré par l’IA, la CFDT réclame une révision professionnelle avant publication, qu’il s’agisse de texte, de sons ou d’images : relecture et correction par un journaliste, par un traducteur professionnel, par un ingénieur du son ou un graphiste…

• Négocier à l’échelle européenne une législation sur l’usage des IA en concertation avec tous les créateurs : journalistes, auteurs, musiciens, photographes, vidéastes…

Droits d’auteurs, droits voisins, droit d’opposition :

• Obtenir une juste rémunération des auteurs d’œuvres qui contribuent à de nouveaux contenus générés par l’IA.

• Elaborer une taxe européenne sur les machines pour compenser leur travail « gratis ».

• Elaborer des droits voisins sur les productions IA, à l’instar de ce qui a été validé pour les « productions humaines » avec une clé de répartition sur la part appropriée et équitable due aux journalistes et autres auteurs « ponctionnés » par les IA.

• Interdire aux IA de scanner des contenus sans autorisation de leurs auteurs.

• Mettre en place un droit d’opposition des détenteurs de droits sur les données soumises au droit d’auteur, utilisées par les IA.

Les actualités

  • Renouvellement de la carte de presse : dématérialisation et plus grande souplesse

    La campagne de renouvellement de la carte de presse a débuté le 3 novembre 2020. Les titulaires ont reçu un courrier de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP) leur indiquant la marche à suivre. Quelques nouveautés et possibles confusions nécessitent de faire le point. LES FRAIS : AVANCER OU NON LA PART EMPLOYEUR ?…

  • Proposition de loi Sécurité collective : un texte inacceptable contre la presse et les journalistes

    Le groupe parlementaire LREM a déposé une proposition de loi sur la sécurité collective qui devrait venir en discussion dans les jours à venir. Ce texte, élaboré sans aucune concertation avec les organisations syndicale de journalistes, porte atteinte à la liberté de la presse et au libre exercice de la profession de journaliste. En effet,…

  • Avec ou sans carte de presse, quelles sorties pour les journalistes ?

    « La carte de presse suffit pour les déplacements des journalistes : il n’est pas utile d’avoir en plus une attestation de l’employeur. Les autres personnels de rédaction peuvent se déplacer avec une attestation permanente de l’employeur. » C’est ce qu’a indiqué le ministère de la Culture aux syndicats de journalistes, après consultation de la cellule de…

  • Arrêts maladie et maternité : la discrimination envers les pigistes en passe d’être levée

    Communiqué du 7 octobre 2020 La CFDT-journalistes et la F3C CFDT (Fédération Communication conseil culture) se réjouissent de l’imminence de la publication d’un arrêté qui va permettre de niveler les conditions d’accès des journalistes pigistes aux indemnités journalières de congé maladie, maternité et paternité sur l’ensemble des salariés, de même que les pensions d’invalidité. En…

  • Groupe NRJ : Mauvais coef’, mauvaise affaire ! La direction doit faire toute la lumière sur les salaires

    Communiqué SNJ-CFDT du 24 septembre 2020 Quand les coefficients de rémunération indiqués sur les fiches de paie de certains journalistes et animateurs sont erronés, nous fronçons les sourcils. Quand le montant minimum de classification inscrit juste à côté est obsolète depuis quatre ans, nous devenons suspicieux. Les minima conventionnels sont-ils bien respectés ? C’est la question…

Enable Notifications OK No thanks