Congé paternité : journalistes, ne passez pas à côté de vos droits !

Congé paternité : journalistes, ne passez pas à côté de vos droits !

Partagez sur vos réseaux

Chaque 8 du mois, une info utile pour faire progresser l’égalité femmes hommes dans nos médias et dans nos rédactions. En ce 8 juillet, focus sur l’allongement du congé paternité, en vigueur depuis quelques jours. 

Revendication historique de la confédération CFDT, l’allongement du congé de paternité porté de 11 à 25 jours pour toutes les formes de parentalité est une avancée sociale majeure. Si la CFDT préconise à terme un congé de deux mois, tout comme le rapport des « 1000 premiers jours de l’enfant », elle salue cette étape. L’enjeu de l’égalité entre les femmes et les hommes passe par une meilleure répartition des tâches, une meilleure coparentalité, et une reconnaissance dans la société comme dans les entreprises de la responsabilité et l’engagement des pères.

Vous êtes journaliste et futur papa ? L’actualité, cette fois-ci, c’est la vôtre, et elle est prioritaire, non ? Ne laissez pas passer ces moments uniques !

Vous êtes collègues de journalistes futurs papas ? Encouragez-les à accueillir leur nouveau-né sans sourciller 😉 

Pour qui ? Comment ?

Le congé de paternité et d’accueil de l’enfant

  • est ouvert au père de l’enfant, s’il est salarié. Mais aussi si la mère de l’enfant vit en couple avec une personne salariée qui n’est pas le père de l’enfant, liée à elle par un pacte civil de solidarité, cette personne peut également en bénéficier.
  • doit être pris dans les 6 mois suivant la naissance de l’enfant.
  • atteint 32 jours calendaires en cas de naissances multiples.
  • est ouvert sans condition d’ancienneté dans l’emploi (mais il faut être affilié à la sécurité sociale depuis au moins 10 mois et avoir cotisé suffisamment, cf fiche pigistes) et quel que soit le type de contrat du travail (CDI, CDD ou contrat temporaire).
  • s’applique également pour les enfants nés avant le 1er juillet 2021, mais dont la naissance était prévue après cette date.
  • doit être annoncé à son employeur au moins un mois avant et il est préférable, pour des raisons de preuve en cas de litige, d’adresser à l’employeur une lettre recommandée avec accusé de réception (LRAR) ou une lettre remise en main propre contre décharge.

Les pigistes aussi !

Selon le rapport Igas sur le congé paternité, en 2016 le taux de recours global était de 67% mais de 80% pour les pères en CDI, 88% pour les fonctionnaires, 48% pour les CDD. Comme le montrent ces chiffres, trop de freins demeurent, notamment pour les pères dans les emplois précaires.

Vous êtes rémunéré à la pige ? Vous êtes concerné bien-sûr ! Et grâce aux nouvelles conditions d’ouvertures de droit, instaurées par un arrêté d’octobre 2020, fruit d’un lobbying intersyndical de plusieurs années, auquel nous avons ardemment contribué, les pigistes ont les mêmes droits aux indemnités journalières de la sécurité sociale que tout salarié. En clair, il faut avoir gagné en moyenne 500 euros brut en salaire sur les trois ou douze derniers mois (attention à l’abattement qui réduit le salaire cotisé !).

Retrouvez dans notre fiche pratique les différents calculs permettant de vérifier que vous êtes bien éligible au congé paternité : 202011 ouverture droits prestations en espèces assurance maladie pigistes CFDT. 

Plus d’infos sur Legifrance et le site Service public

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *