Le 8 du mois : quelle place des femmes parmi les photographes et photographies de presse ?

Partagez sur vos réseaux
Chaque 8 du mois, afin de ne pas s’en préoccuper que le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, CFDT-Journalistes attire l’attention sur la place des femmes dans les médias, côté auteurs, hiérarchie, et contenus. Aujourd’hui, 8 octobre 2021, focus sur les photographes de presse et la photographie de presse.
Arrêt sur images a consacré récemment une émission sur les photos de portraits dans la presse. Y était invitée Marie Docher, photographe et membre du collectif féministe « La Part des femmes ».

Le travail d’un collectif de femmes

Le collectif La part des femmes  revendique une meilleure reconnaissance des femmes photographes. Depuis sa  lettre ouverte dans les colonnes de Libération adressée au directeur des Rencontres d’Arles, ce collectif a obtenu que ce festival de photographie de presse atteigne une quasi-parité des photographes exposés. Le collectif a ensuite mené un travail d’analyse de 1000 portraits de der de Libération et de Télérama. Résultat : dans Libé, 75 % des 139 photographes sont des hommes ; 85 % des 108 portraits de der ont été confiés à des hommes, 15 % à des femmes.  A Télérama 81% des photographes de L’invité sont des hommes, 93 % des portraits sont faits par des hommes. Par ailleurs la majorité des personnes portraitisées sont « des hommes ternes sans singularité », explique Marie Docher, ce qui s’explique notamment par le fait que ce sont souvent des hommes de pouvoir. Les femmes, elles, seraient davantage issues du monde culturel, et souvent dans des positions allongées, voire sexualisées.

A regarder avec le plus grand intérêt sur Arrêt sur images.

En 2020 le rapport de la députée Céline Calvez sur la place des femmes dans les médias en période de crise a aussi compté les photos de une de sept quotidiens nationaux, et le résultat est édifiant.

Extrait du rapport de Céline Calvez

Des débats et des bourses

Mais quels sont les obstacles pour les femmes photojournalistes dans la profession ? La société Canon, qui attribue chaque année une bourse de 8000 euros à une femme photojournaliste afin de l’aider à financer son projet,  organisait un débat sur les obstacles que rencontrent les femmes dans la profession.

En 2018, la SAIF (Société des auteurs des arts visuels et de l’image Fixe) organisait également à Visa pour l’Image une conférence sur « Les femmes photojournalistes, entre stéréotypes et préjugés, quelle réalité, quelle égalité ? »

Depuis deux ans le ministère de la Culture et Visa pour l’Image décernent deux bourses à des femmes photojournalistes en reconnaissance de leur contribution au photojournalisme. Chaque bourse est dotée de 5 000 euros.

Chacun peut agir

Chacun de nous peut agir, notamment en s’interrogeant sur sa propre pratique, comme le font des militants CFDT et le collectif « Ouvrons la Voix » du quotidien régional La Voix du Nord. Ils ont obtenu que la direction de la rédaction et la rédaction en chef s’engagent à valoriser la place des femmes dans les contenus du journal comme dans ses organisations et pratiquent  régulièrement l’exercice du « tamis ». Il est suggéré aux journalistes de relire leurs articles et leurs photos en se posant des questions systématiques sur la façon dont ils/elles ont choisi, présenté, cité, montré des interlocuteurs féminins ou masculins. Avec un tamis texte et un tamis image. Et le journal est régulièrement feuilleté collectivement sous ce prisme.

Tamis image de la Voix du Nord

 

Est-ce que je peux mettre une femme à la place d’un homme sans dénaturer l’information ?

C’est le type même de photos « générales » sans interlocuteur particulier, photos d’illustration encore trop souvent majoritairement « masculines ».

Nous distinguons ainsi les interlocuteurs « acteurs » (ceux qui ne sont pas interchangeables mais sont imposés par le sujet : comme le ou la maire d’une commune, le directeur/la directrice d’association, le ou la gérant(e) d’entreprise…). Des « témoins », ceux qu’on choisit d’interroger pour avoir leur avis (micro-trottoir le plus souvent).

Est-ce que je véhicule une image stéréotypée/sexiste des femmes à travers cette photo/ vidéo/ illustration ?

Exemple type : les photos au télétravail. Les hommes sont bien installés à un bureau ou sur la table de la salle à manger avec plein de dossiers autour de lui. Les femmes sont installées dans le salon, dans la cuisine en train de préparer le repas en même temps ou, si elle est à son bureau, il y a des jouets pour montrer qu’elle est mère de famille aussi. Ce qui n’est jamais fait pour un homme.

Est-ce que je représenterais un homme de la même façon ?

Est-ce que la photo est posée ? Et comment l’est-elle le cas échéant ?

Est-ce que ça a un sens que ce soit une femme/ un homme sur cette photo ?

Dans le choix de la photo a-t-on privilégié un homme ou une femme à bon escient.

Cette femme est-elle choisie/ écartée sur des critères physiques ?

Lors de reportages avec plusieurs interlocuteurs, lesquels ont été retenus pour les photos alors que dans le texte, c’est parfois un ou une autre qui témoigne le plus.

Journalistes, le changement de regard sur le sexisme doit commencer chez chacun d’entre nous. Nous devons toutes et tous apprendre à débusquer les stéréotypes de genre pour ne plus en être les relais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *