journalisme

  • Antoine, Martine, Benoit, Anne-Sophie sont journalistes, adhérents CFDT, et fidèles des cortèges contre la réforme des retraites. Pourquoi ? Comment passe-t-on du professionnel qui couvre une manif au citoyen qui y prend part ? On les écoute !

    « Défendre un modèle social mis en péril par une politique productiviste et sexiste, qui agit contre les intérêts des travailleurs et des travailleuses ». Voici pourquoi Antoine, 32 ans, journaliste culturel, n’a manqué aucune grève et manifestation depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites. Une réforme qu’il perçoit comme une « attaque envers un temps de vie libéré des contraintes et de la pénibilité du travail » et « une provocation particulièrement insoutenable alors que les conditions de vie d’une grande partie de la population empirent et que la plupart des salaires stagnent ». D’autant plus que « rien ne justifie cette réforme, pas même des projections économiques à court terme ».

    Pour lui, il est important de participer très concrètement. « Mon engagement citoyen s’exprime par le vote, mais aussi par ma participation aux grèves et aux manifestations, comme l’expression de mon inquiétude démocratique. J’ai pu constater, ces dernières semaines, qu’elle était largement partagée ».

    Ce n’est pas abandonner les lecteurs

    Se déclarer gréviste représente un manque à gagner sérieux pour lui qui fait partie des journalistes aux salaires modestes. Pourtant ni cette perspective ni celle de sacrifier quelques heures de son travail d’information ne le décourage. Au contraire. « Lutter pour la défense et le respect des acquis sociaux représente selon moi la base de la conscience professionnelle. Seules de bonnes conditions de travail permettent de faire perdurer les fondamentaux du métier, dont le respect du code de déontologie, le traitement honnête de l’information et le souci de l’exactitude. Cesser le travail, ce n’est pas abandonner les lecteurs, auditeurs ou spectateurs, mais les assurer, au contraire, de nos préoccupations vis-à-vis de la valeur de l’information que nous traitons et créons au quotidien, de notre attachement à un métier qui deviendra plus pénible à exercer au fil des ans, avec cette réforme. »

    Changer de posture

    La mobilisation ne va pas de soi pour tous les journalistes. « Nous avons tellement l’habitude de couvrir les événements, de raconter les choses, que changer de posture pour devenir acteur, participer à un mouvement, n’est pas intuitif. Cela ne vient étrangement pas à l’idée », analyse Martine Pesez, journaliste au Berry Républicain à Bourges. Elle qui était le plus souvent la seule de sa rédaction à s’absenter pour les manifs se réjouit d’avoir retrouvé le 7 mars quatre collègues.

    A Bourges, le 7 Masri 2023, Martine et ses collègues du Berry Républicain

    Demeure aussi une certaine idée selon laquelle un journaliste ne pourrait jamais s’arrêter de travailler. « Avec notre habitude de nous surinvestir, nous avons du mal à considérer que c’est possible, mais ça l’est vraiment. J’ai appris à dégager des journées depuis que je suis élue CSE. C’est une question d’organisation. En charge de pages hebdomadaires c’est tout à fait jouable ». Pour pouvoir rejoindre les cortèges, elle anticipe ses prises de rendez-vous, et elle le reconnait, accepte d’accentuer sa charge de travail les autres jours de la semaine. Mais pour faire des manifs et des grèves une pratique plus ample des journalistes, il faudrait que cela devienne un sujet de conversations comme les autres avec les collègues.  » C’est normal d’envisager d’y participer et d’en parler, comme tous les salariés. » 

    Les injustices de la réforme

    Elle le reconnait, ce regard qu’elle porte est nouveau, et motivé par le fait de se sentir à sa place à la CFDT, heureuse de partager un mouvement collectif. Passer du journaliste observateur extérieur au salarié participant, comme les autres salariés, était cette fois-ci évident. « A 59 ans je me sens encore capable de travailler quelques années, donc je ne proteste pas tant pour moi. Mais je suis révoltée par les injustices de cette réforme, chez les personnes ayant des tâches pénibles, ayant des petites retraites, ou les femmes ! Je n’accepte pas non plus la brutalité de la réforme, qu’elle n’ait fait l’objet de quasiment aucune concertation, et des mensonges qui ont été dits. Il ne faut pas laisser passer ça ! ».

    Les journalistes avec les autres

    Anne-Sophie, 55 ans, journaliste à J’aime Lire (Bayard Presse), se sent elle directement victime de la réforme à venir, elle qui a sacrifié une partie de sa carrière pour s’occuper de ses trois enfants, à l’heure ou le partage des efforts entre hommes et femmes est encore très inéquitable. « Je ne regrette pas d’avoir consacré du temps à mes enfants, mais moi aussi j’aimais mon métier et j’avais une carrière à mener, et avec cette réforme je vais être pénalisée ! » 

    A Bordeaux, elle concilie parfaitement son travail avec sa mobilisation, les manifestations ayant lieu sur le temps de midi. Une pause méridienne qu’elle est heureuse de passer dans la rue, avec les cortèges CFDT, la plupart du temps entourée de personnels soignants, avec qui elle a plaisir à échanger.  « Nous journalistes sommes souvent mal vus, mais là, nous sommes avec les autres, sommes dans le même combat« .

    Parenthèses d’action collective et chaleureuse

    Une expérience de communion que partage Benoit Contour, 61 ans, journaliste agricole, qui vit comme « des parenthèses d’action collective et chaleureuse » ces rendez-vous réguliersIl y va avec son épouse, infirmière, y retrouve des copains avec qui ils déjeunent puis avec qui ils reprennent le train de banlieue. « On vérifie que le cortège de la CFDT est le plus imposant et le plus bruyant, et on se fait photographier devant la vache de la fédération Agri ! ».

    Benoit Contour, journaliste pour Grands Troupeaux Magazine et Elevages Caprins Magazine, ne manque jamais sur les cortèges un clin d’oeil à la vache de la fédération CFDT Agri-agro !

    Alors oui, les défilés des 19 et 31 janvier, 7 et 16 février lui ont fait rater deux conférences de presse, mais il a pu en revoir une en replay. « Je suis très autonome dans mon travail, avec 100 % de télétravail depuis quatre ans, et je réussis à produire ma contribution pour le print. Je peux faire les ajustements nécessaires en réduisant la copie postée sur le site internet ». Détail de poids : il sait compter sur un rédacteur en chef compréhensif et des collègues qui soutiennent le mouvement. 

    Alors, collègues journalistes, comme eux, pour vous, pour tous, passez de l’autre côté, mobilisez-vous contre la réforme des retraites ! Et si vous ne le faites pas, aidez les collègues qui le font 😉 !

  • Du 9 au 13 mai l’association Journalisme et citoyenneté réunit 350 intervenants journalistes, universitaires et spécialistes des médias sur des dizaines de tables rondes et ateliers pour parler Journalisme et politique.
    Un thème qui s’impose, entre les élections présidentielle et législatives.
    Mais les sujets aborderont aussi énormément d’aspects du métier : #metoo, indépendance des médias, réseaux sociaux… et bien-sûr l’Afghanistan et l’Ukraine. Une journée est consacrée à l’éducation aux médias.
    [uix_button icon= » fontsize=’12px’ letterspacing=’0px’ fillet=’50px’ paddingspacing=’1′ target=’1′ bgcolor=’green’ txtcolor=’#ffffff’ url=’https://www.journalisme.com/les-assises-2022/decouvrez-le-programme-de-la-15e-edition-des-assises-de-tours/’]Programme[/uix_button]
    Le lieu : le tiers lieu MAME, 49 Bd Preuilly à Tours
    Gratuit.

    Opération adhérents CFDT

    La CFDT-Journalistes incite les journalistes adhérents à la CFDT (au SNME ou dan un S3C) à venir se nourrir de ces débats. Elle apporte son aide financière à la couverture des frais de déplacement : 100€ par personne, dans la limite de 10 bénéficiaires.
    L’occasion de se rencontrer !
    Envoyez-nous votre demande avant le 2 mai, en nous indiquant les jours où vous comptez être présents et votre numéro d’adhérent :

    journalistes@f3c.cfdt.fr

    [uix_dividing_line style=’solid’ color=’dark’ width=’100%’ opacity=’17’]

    PROGRAMME COMPLET

     

    LUNDI 9 MAI 2022

     

    LA SOIRÉE AU THÉÂTRE OLYMPIA 

    #MEETOOPOLITIQUE, #MEETOOMEDIAS, #MEETOO CULTURE : ET APRÈS ? 
    19H30-21H30

     

    MARDI 10 MAI 2022

     

    LES ATELIERS PROS

    L’EMI TOUT AU LONG DE LA VIE
    9H15-10h45

    LA PRESSE RÉGIONALE PEUT-ELLE SE PASSER DES CORRESPONDANTS LOCAUX DE PRESSE ? 
    9H15-10H45

    LES DATAS POUR TRAITER DE LA POLITIQUE
    9H15-10H45

    LES PROPOSITIONS DES ACTEURS EMI POUR LA NOUVELLE LÉGISLATION
    11H00-12H30

    L’INFO POLITIQUE DANS LES MÉDIAS LOCAUX : PRIVILÉGIER LE LIEN AVEC LE PUBLIC
    (Avec l’UCP2F)
    11H00-12H30

    QUAND LES  JOURNALISTES SE PLANTENT – DU DEVOIR DE RECTIFIER SES ERREURS (avec le CDJM)
    11H00-12H30

     

    LES DÉBATS

    QUEL REGARD DES MÉDIAS SUR LES FEMMES EN POLITIQUE ?
    14H00-15h30

    ENQUÊTER SUR LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES
    15H45-17H15

    ILS SE SONT LANCÉS CETTE ANNÉE
    16H15-17H30

     

    LA REMISE DES PRIX EMI 2022

    PRÉSENTATION DES NOMMÉS POUR LES PRIX EMI 2022
    14H00-16H00

    CÉRÉMONIE DE REMISE DES PRIX EMI 2022 EN PRÉSENCE DU PRÉSIDENT DE JURY, JULIEN PAIN

    LA SOIRÉE (AUX CINÉMAS STUDIO)
    (avec le CNP)

    PROJECTION DU FILM « MÉDIA CRASH » de Valentine Oberti et Luc  Hermann
    SUIVI D’UN DÉBAT SUR L’INDÉPENDANCE DES MÉDIAS
    A partir de 19H30

     

    MERCREDI 11 MAI 2022

     

    LES ATELIERS PROS

    COMMENT FAIRE DE L’ÉCOLOGIE UN VRAI SUJET POLITIQUE ?
    (Avec l’AJSPI, JNE et AJE)
    9H15-10H45

    ATELIER ÉCOLE. ÉTATS GÉNÉRAUX : LA FORMATION DES JOURNALISTES (PARTIE 1)
    (avec la CEJ)
    9H15-10H45

    RAPPORT PRESSE POLICE : PREMIER BILAN DU NOUVEAU SCHÉMA NATIONAL DE MAINTIEN DE L’ORDRE (SNMO)
    9H15-10H45

    JOURNALISTES ET POLITIQUES : L’IMPORTANCE D’UNE CONNAISSANCE SCIENTIFIQUE PARTAGÉE
    (avec l’AJSPI)
    11H00-12H30

    ATELIER ÉCOLE. ÉTATS GÉNÉRAUX : LA FORMATION DES JOURNALISTES (PARTIE 1)
    (avec la CEJ)
    11H00-12H30

    DROITS VOISINS : QUELLE RECONNAISSANCE DU TRAVAIL DES AUTEURS ET DES JOURNALISTES ?
    11H00-12H30

     

    LES DÉBATS

    LE BAROMÈTRE SOCIAL DES ASSISES PAR JEAN-MARIE CHARON : ILS ONT 25 ANS, ILS QUITTENT DEJA LA PROFESSION
    14H00 – 15H00

    LE JOURNALISME POLITIQUE EN FRANCE VU PAR LA PRESSE ÉTRANGERE
    14H00 – 15H30

    LE BAROMÈTRE VIAVOICE/LES ASSISES SUR L’UTILITÉ DU JOURNALISME AVEC LE JOURNAL DU DIMANCHE / RADIO FRANCE / FRANCE TÉLÉVISIONS / FRANCE MÉDIAS MONDE
    15H15- 16H45

    SONDAGES : DROGUE DURE OU ABSTINENCE ?
    15H45-16H45

    RETOUR SUR LA COUVERTURE DE L’ÉLÉCTION PRÉSIDENTIELLE : AUDIENCE DE LA POLITIQUE, POLITIQUE DE L’AUDIENCE
    17H00 – 18H30

     

    LA SOIRÉE (AU THÉÂTRE OLYMPIA)

    AFGHANISTAN : PAROLE AUX ARTISTES ET AUX JOURNALISTES EN EXIL AUTOUR DE L’AVANT PREMIÈRE D’UN SPECTACLE
    19H30-21H30

     

    JEUDI 12 MAI 2022

     

    LES ATELIERS PROS

    ARCOM. QUELLES ÉVOLUTIONS DES RÈGLES POUR GARANTIR LE DÉBAT POLITIQUE ?
    9H15-10H45

    DIVERSITÉ DANS LES RÉDACTIONS. IL RESTE TANT À FAIRE… PAROLE AUX JEUNES JOURNALISTES (PARTIE 1)
    9H15-10H45

    ATELIER RECHERCHE. PRESSE ET ÉLÉCTIONS. UNE TRÈS LONGUE HISTOIRE…
    (avec Retronews, le site des archives de la BNF)
    9H15-10H45

    LES ENTRETIENS DE L’INFO. TRAITER D’UN OBJET POLITIQUE NON IDENTIFIÉ : LE MOUVEMENT DES GILETS JAUNES
    11H00-12H30

    DIVERSITÉ DANS LES RÉDACTIONS. IL RESTE TANT À FAIRE… (PARTIE 2)
    11H00-12H30

    ATELIER RECHERCHE. COUVRIR LA GUERRE : ENTRE OPINION ET PROPAGANDE
    11H00-12H30

     

    LES DÉBATS

    LES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES INTERPELLENT LES POLITIQUES
    14H00-15H00

    LA GUERRE EN UKRAINE VUE PAR LES JOURNALSITES DU SUD DE LA MÉDITERRANÉE
    14H00-15H00

    CONCENTRATION DES MÉDIAS. INDÉPENDANCE ÉCONOMIQUE. INDÉPENDANCE ÉDITORIALE
    15H15-16H15

    LES JOURNALISTES ET LA GUERRE. GÉOPOLITIQUE. PROPAGANDE ET VÉRITÉ
    15H15-16H15

    LASSITUDE ÉLÉCTORALE ET LASSITUDE MÉDIATIQUE
    16H30-18h00

     

    LA SOIRÉE (À L’HÔTEL DE VILLE DE TOURS)

    SOIRÉE SPÉCIALE UKRAINE 
    – PARTIE 1 : PAROLE AUX JOURNALISTES RUSSES
    – PARTIE 2 : ELLES RACONTENT LA GUERRE

    À partir de 20H30

     

    VENDREDI 13 MAI

     

    LA SOIRÉE (À LA BIBLIOTHÈQUE CENTRALE) 

    JOURNALISME ET POLITIQUE : À L’OREILLE DES COMMUNICANTS

    À PARTIR DE 19H00

Enable Notifications OK No thanks