Les journalistes pris pour cibles : l’éducation aux médias est une priorité

Partagez sur vos réseaux

On ne compte plus les journalistes insultés et menacés lors des manifestations des anti pass et anti vaccins qui ont eu lieu durant tout l’été et encore samedi 18 septembre. Et ce n’est pas seulement celles et ceux de l’AFP, de France 2, RTL ou encore de BFM TV qui en ont fait les frais. Des rédactions en région ont également été visées.

Samedi 18 septembre, la vitrine de l’agence du Dauphiné Libéré d’Annecy a été taguée au moins pour la troisième fois. Les propos, pas toujours très compréhensibles, s’en prennent aux journalistes en les traitant notamment de « collaborateurs » et de « nazis « .

Samedi 31 juillet, à Belfort le cortège des manifestants avait fait une halte devant les bureaux de France Bleu Belfort-Montbéliard et a jeté des oeufs devant la façade, insulté la journaliste et le technicien et crié « collabo ».

Des mots qui choquent nos confrères. La CFDT Jounalistes les condamne fermement.

Une méconnaissance du travail des journalistes

Les journalistes ont pourtant toujours pris soin de faire leur travail correctement en donnant la parole à ces manifestants et aux anti pass et anti vaccins en général. Ils ont fait leur travail de journalistes selon les règles déontologiques ! Les journalistes sont là pour rapporter honnêtement les faits et opinions et les mettre en perspective.

Parmi les slogans des manifestants on entend souvent les mots « liberté, liberté « . Mais rappelons qu’atteindre le travail des journalistes, c’est atteindre la liberté d’informer.

Pour la CFDT , tout cela révèle d’une méconnaissance du travail des journalistes. Et plus que jamais l’éducation aux médias reste une priorité.

 

Lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *