Communiqué : Laissez à « La Provence » une chance d’avoir un repreneur qui connaisse son métier !

La section CFDT de La Provence tire la sonnette d’alarme ! Non, nous ne partageons pas l’avis de ceux qui veulent à tout prix être rachetés par le transporteur maritime marseillais CMA CGM !

Les derniers rebondissements, dans le dossier de reprise du quotidien régional qui compte avec l’ensemble de ses filiales, 850 salariés, nous renforcent dans nos craintes, pour l’indépendance éditoriale du titre et la pérennité de notre activité, notamment industrielle.

Depuis six mois la CFDT se bat pour que la seule offre émanant d’un groupe de presse, de surcroît déjà détenteur de 11 % du capital de l’entreprise, ne soit pas écartée.

Depuis six mois tout est fait que pour CMA CGM l’emporte.

Certes, une majorité d’élus du personnel ont émis un avis favorable, quoique teinté de nombreuses réserves, à cette offre. Pas la CFDT ni ses alliés. Ni les salariés eux-mêmes, dont bon nombre regrettent de ne pas avoir été directement consultés sur les deux offres.

La CFDT craint pour l’indépendance éditoriale du journal quand elle voit l’appel des organisations patronales du territoire à soutenir CMA CGM.

La CFDT craint pour la pérennité de l’imprimerie que le transporteur maritime, en l’occurrence totalement inexpérimenté en matière de presse, prévoit d’installer à Marseille, alors que NJJ avait le projet, depuis 2019 déjà, de construire une imprimerie commune à La Provence et Nice Matin, laquelle s’assurerait des volumes conséquents.

La CFDT s’interroge, lorsqu’elle apprend que l’ancien ministre des Transports devait intégrer le management de CMA CGM, s’il n’avait pas été retoqué par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, tant ce pantouflage pose question sur les liens entre le monde politique et cet investisseur potentiel.

La CFDT s’interroge aussi, quand elle voit le «passage en force», de CMA CGM et du liquidateur, aux intérêts conjoints, pour faire agréer l’offre de l’armateur par le conseil d’administration de La Provence.

La CFDT, qui sait être un syndicat offensif dans les filiales de Xavier Niel, notamment de téléphonie, pour défendre les droits des salariés, comprend qu’il engage aujourd’hui des recours contre la décision du conseil d’administration de La Provence d’agréer l’offre de CMA CGM tant les circonstances dans lesquelles cet agrément a été obtenu suscitent de questions auprès des juristes que nous avons consultés.

Si ce dossier dure depuis trop longtemps, la CFDT ne cédera pas au chantage au dépôt de bilan.

Avoir besoin d’un nouvel élan, ce n’est pas forcément se précipiter dans les bras d’un repreneur qui a su convaincre, en annonçant des investissements (réalisés en partie avec l’argent dont La Provence dispose sur ses comptes), en promettant la pérennité des emplois ou en prévoyant de la croissance.

Si la majorité des représentants du personnel a émis un avis favorable sur cette offre tout en émettant de nombreuses réserves étayées par le rapport du cabinet Sécafi, il n’en demeure pas moins que de très nombreux salariés sont intéressés par la perspective d’intégrer un groupe de presse, déjà détenteur d’une stratégie de développement et qui jusqu’ici n’a rien à se reprocher en ce qui concerne le respect des lignes éditoriales de ses titres.

Non, La Provence, qui vient de vendre son siège social, n’est pas au bord du dépôt de bilan.

La CFDT a d’ailleurs demandé à sa direction de continuer à investir, en utilisant la trésorerie constituée par la vente du siège social, notamment dans un nouvel outil informatique. Mais n’a pas été entendue.

Au sein du journal, tous les salariés sont au travail, à leur tâche, nous avons des équipes compétentes qui peuvent faire des choix d’investissement et l’actionnaire minoritaire peut être sollicité pour les soutenir. Il n’y a donc pas urgence, comme veulent le faire croire les défenseurs de l’offre de CMA CGM.

Les défenseurs de l’entreprise, et de ses 850 salariés, dont la CFDT fait partie, eux, veulent que le choix du repreneur se fasse sur des critères de pérennité et d’indépendance de l’activité.

Jusqu’à présent les liquidateurs en charge du dossier ont eu tout loisir d’engager des procédures pour permettre à l’offre de CMA CGM d’être agréée. Maintenant, l’autre repreneur, seul groupe de presse à s’être positionné, doit pouvoir bénéficier des mêmes droits.

Reprise de La Provence : la CFDT continue de demander l’accès à toutes les offres !

À La Provence, les 850 salariés du groupe (les quotidiens régionaux La Provence et Corse-Matin ainsi que leurs régies publicitaires et leurs sociétés de portage) sont toujours dans l’attente du choix de leur repreneur, dans le cadre de la liquidation du groupe Bernard Tapie, détenteur de 89% des parts.

Depuis novembre 2021, deux candidats sérieux se sont fait connaître. D’un côté Xavier Niel, avec sa filiale NJJ, déjà actionnaire minoritaire de La Provence et propriétaire de Nice-Matin, avait le projet de monter au capital depuis qu’il avait racheté les 11% détenus par le groupe belge Nethys en 2019. De l’autre Rodolphe Saade, avec sa société leader du transport maritime de marchandises CMA-CGM, qui déjà aurait bien voulu, il y a 3 ans, acheter les parts de Nethys, a décidé à l’automne de se lancer dans la course.

Après deux appels d’offres successifs, deux enveloppes ont finalement été ouvertes au tribunal de commerce de Bobigny. Celle de CMA-CGM, qui propose 81 M€ pour acquérir La Provence, et celle de NJJ, qui en propose 20 (le prix de l’entreprise selon les expertises officielles)… Le liquidateur, chargé de rembourser la dette du groupe Tapie vis-à-vis de l’Etat, a, en toute logique, donné la préférence à la mieux disante. Et au passage indiqué dans son appel d’offres que seule cette dernière ferait l’objet d’une information/consultation des six CSE de l’entreprise.

Pour la CFDT, les deux projets doivent être étudiés

Depuis le début, la CFDT n’a pas varié de position: tout faire pour que les représentants du personnel, mais aussi l’ensemble des salariés puissent donner leur avis sur les deux projets en concurrence. La CFDT a également permis à l’ensemble des organisations syndicales de choisir un avocat spécialisé en droit du travail pour défendre les intérêts du CSE de La Provence, en l’occurrence Me Elise Brand. Malgré les actions conduites par cette dernière, les élus n’ont eu la possibilité de n’être consultés que sur l’offre de CMA-CGM, le 24 mars 2022.

Aux côtés de ses alliés de la CGT, FO Livre et la CFE-CGC, la CFDT s’est prononcée contre ce projet lors du vote, estimant d’une part que la consultation proposée n’en est pas une, puisqu’elle ne porte que sur une seule offre et d’autre part que le projet de CMA-CGM suscite des inquiétudes concernant les choix industriels présentés mais aussi quant à l’indépendance éditoriale du journal.

En décembre dernier, dans une dépêche AFP,  plusieurs acteurs économiques -le président de la chambre de commerce métropolitaine d’Aix-Marseille-Provence, celui de la chambre de commerce du Pays d’Arles, la présidente d’Aix-Marseille French Tech et celle de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) des Bouches-du-Rhône- avaient officiellement apporté leur soutien à l’offre de l’armateur.

L’enjeu du respect de la déontologie des rédactions

Désormais la CFDT espère toujours que l’offre de Xavier Niel, qui dispose déjà d’un groupe de presse (Le Monde, France Antilles, Nice Matin…) au sein duquel de nombreux témoignages de confrères attestent du respect de la déontologie des rédactions, puisse être présentée au conseil d’administration et aux salariés et à leurs représentants.

NJJ dispose en effet, en tant qu’actionnaire minoritaire, d’un droit de véto opposable à tout nouvel entrant dans le capital de La Provence dont la cour d’appel a confirmé le principe le 7 avril mais aussi d’un droit de préemption qui lui permettrait de l’emporter, s’il décide de s’aligner sur le montant de 81M€ proposé par CMA-CGM.

Suppression de la contribution à l’audiovisuel public : et maintenant ?

Le Président de la République l’a répété mardi : la redevance sera supprimée afin de contribuer au maintien du pouvoir d’achat des Français.

Une suppression annoncée de longue date, puisque la redevance est adossée à la taxe d’habitation qui va disparaitre pour tous en 2023 pour être remplacée par… autre chose, la contribution à l’audiovisuel public étant la principale source de financement de France Télévisions, Radio France, Arte, France Médias Monde, TV5 Monde et de l’INA.

La CFDT de l’audiovisuel public est régulièrement sollicitée par les parlementaires dans le cadre de leurs travaux sur la loi de finance qui détermine le budget de nos entreprises. Et régulièrement, sénateurs et députés nous questionnent sur notre position sur le remplacement de la CAP : « Comment prélever une nouvelle redevance qui s’appellerait autrement ? Quels supports – téléviseurs, mais aussi ordinateurs ou téléphones portables – déclencheraient le paiement de cette nouvelle taxe, qui surtout ne doit pas se nommer ainsi ?

Augmenter la dotation

Pour France Télévisions, faut-il miser sur un retour de la publicité après 20 heures, pour augmenter la part des ressources propres de FTV ? » La F3C CFDT et le SNME CFDT ont toujours été clairs : la dotation financière doit être augmentée globalement afin de permettre aux entreprises de l’audiovisuel public de travailler correctement et de remplir leurs missions. Elle doit être adaptée aux usages modernes ; tout détenteur d’un accès à nos contenus doit la payer. Il faut donc la déconnecter de la détention d’un téléviseur et élargir le périmètre de perception de cette « taxe », ce qui permettrait de diminuer le montant perçu individuellement en augmentant le nombre de contributeurs au paiement de la taxe.

En Allemagne, la nécessité pour l’audiovisuel public de disposer de budgets pour remplir ses missions est inscrite dans la constitution. En France, il faut cesser les doubles discours. Le temps est venu de donner à l’audiovisuel public les moyens d’assurer ses missions en rendant son financement pérenne et publiquement assumé. Le temps est venu que notre actionnaire principal, l’État, prenne des engagements et les tienne.

Un service essentiel

S’il en était encore besoin, l’audiovisuel public a démontré pendant la crise sanitaire qu’il n’a rien d’un parasite qui engraisserait ses salariés aux frais du contribuable. Et la période d’incertitude qui vient de s’ouvrir avec l’invasion de l’Ukraine par les armées du pouvoir russe le prouve à nouveau dans un contexte différent. L’audiovisuel public est un service essentiel, fiable et vecteur d’un accès pluraliste à la culture, l’éducation, le loisir et l’information. Et tous ses salariés sont au service de ses missions.

La F3C CFDT et le SNME CFDT considèrent qu’il est temps que l’État respecte les contrats qu’il signe avec l’audiovisuel public, les Contrats d’objectifs et de moyens. La F3C CFDT et le SNME CFDT considèrent qu’il est temps que l’État reconnaisse que le service public de l’audiovisuel n’est pas une variable d’ajustement dans ses finances mais bien une des fondations de la démocratie française

Le Courrier Messin : et le droit du travail dans tout ça ?


A Metz, la presse locale a récemment rapporté une polémique autour du nouveau bimensuel Le Courrier Messin, de la société Indola Presse, fortement soutenu financièrement par la municipalité, via l’achat d’espaces publicitaires, ce qui interroge sur l’indépendance du titre en question.

La CFDT-Journalistes et le S3C-CFDT Lorraine s’étonnent qu’un journal reçoive de confortables subsides publiques alors qu’il ne respecte pas le code du travail.

Au Courrier Messin comme à Bonnes Terres ou l’Estrade, les autres publications d’Indola Presse, les auteurs des articles sont payés en facture – ils sont autoentrepreneurs – ce qui est rigoureusement interdit en France pour l’emploi de journalistes et empêche tout accès de leur part à la carte de presse et aux dispositions de la convention collective des journalistes, notamment en terme de formation et de prévoyance.

Les tarifs pratiqués ne permettent pas non plus aux intéressés de financer eux-mêmes ces frais et de prétendre vivre dignement de ce métier : la rétribution au feuillet pratiquée par Indola Presse est inférieur au plus bas des barèmes conventionnels minimum appliqués en France.

Le droit des journalistes bafoué

Lancer un titre de presse aujourd’hui ne peut pas se faire en bafouant le droit. Indola est répertoriée en tant qu’entreprise d’Édition de revues et périodiques et en tant qu’entreprise de presse elle est donc tenue de rémunérer ses journalistes en salaire. Certes, tous ses contributeurs ne répondent pas nécessairement à la définition du journaliste professionnel, mais dès lors qu’ils reçoivent plus de la moitié de leurs revenus de travaux journalistiques réalisés pour une entreprise de presse, ils doivent l’être.

Rappelons aussi que le statut d’autoentrepreneur n’est pas adapté aux collaborations régulières et aux relations de travail instituant de fait un lien de subordination. Indola Presse doit choisir : il s’agit soit de presse soit de communication. Mais dans ce dernier cas, alors, ne trompons pas les lecteurs et les citoyens, et ne parlons pas de presse et encore moins de presse indépendante.

Alors que le ministère de la Culture est actuellement en train de réformer le régime économique des aides à la presse, en vue de renforcer la place des journalistes et que la crise de confiance des citoyens dans les médias invite à tout faire pour que la confusion des genres ne soit pas de mise, la CFDT-Journalistes et le S3C-CFDT Lorraine appellent :

  • la société Indola Presse à mettre ses pratiques sociales en accord avec la loi ;
  • les annonceurs collectivités locales à introduire des clauses de  Responsabilité Sociale et Environnementale dans leurs choix ;
  • les services de l’État à jouer leur rôle de contrôle pour faire respecter la Loi
    – les journalistes à refuser toute rémunération qui ne leur permettrait pas d’accéder à la reconnaissance de leur professio ;
  • les lecteurs à prendre conscience que journaliste est un métier, qui doit être protégé.

Le 31/01/2022
Contacts : journalistes@f3c.cfdt.fr et lorraine@f3c.cfdt.fr

Concentration des médias : une nouvelle loi est nécessaire

Position de CFDT-Journalistes, de la fédération F3C et du Syndicat national des Médias et de l’Ecrit CFDT à l’occasion de la Mission conjointe de l’Inspection générale des affaires culturelles et de l’Inspection générale des finances sur les règles anti-concentration dans le secteur de la presse et de l’audiovisuel. 

 La fusion TF1 et M6 (qui avait auparavant avalé la radio RTL); le démantèlement des grands groupes de presse français; la concentration entre les mains d’un seul actionnaire de radios grand public comme Europe 1, RFM, et Virgin Radio; tout cela nous interpelle et pose la question des limites à la concentration de la presse.

Si l’on peut comprendre que les groupes de presse écrite et audiovisuelle ont besoin d’avoir une assise suffisante pour exister dans le nouveau paysage médiatique français, ce qui implique une certaine concentration, on constate qu’ils s’étendent désormais dans tous les domaines : presse écrite, audiovisuelle, web et édition. Ce qui induit, pour certains, une énorme capacité de diffusion, mais aussi un appauvrissement des contenus par les échanges et reprises d’un titre à l’autre des mêmes contenus éditoriaux. Cela a des conséquences sur l’emploi dans ces secteurs.

La constitution capitalistique de tels groupes de presse entraîne aussi un rétrécissement progressif du pluralisme de l’information, alors que les médias continuent d’avoir une place prépondérante dans le fonctionnement de notre démocratie.

C’est pour cela qu’il convient de légiférer à nouveau sur ce sujet pour prendre en compte, au-delà du seul champ de l’information ou de la presse « IPG », l’ensemble du spectre de la communication.

Autonomie, transparence, éducation aux médias

Pour la F3C CFDT, CFDT-Journalistes et le SNME-CFDT, une nouvelle loi devrait prendre en considération :

  • Le renforcement de l’autonomie des rédactions et le contrôle plus strict du respect du statut des journalistes, ce qui induit notamment la lutte contre la précarisation dans les rédactions.
  • Davantage de transparence dans l’octroi des aides à la presse en réservant des sièges aux syndicats de salariés représentatifs dans la gouvernance de la CPPAP ; et renvoyer à la négociation paritaire et conventionnelle la répartition des aides.
  • Le renforcement de la représentation des salariés par les organisations syndicales représentatives dans les conseils d’administration des entreprises.

Pour nous, trois points sont importants :

  • Il faut permettre l’équilibre des opinions dans tous les domaines : presse écrite, audiovisuelle et édition.
  • Il faut prendre en compte, notamment dans l’audiovisuel, l’ensemble de l’éditorial : l’information, la culture, le divertissement.
  • Il faut renforcer l’éducation aux médias.

Concrètement, nous plaidons pour la création d’une grande instance de régulation indépendante, légitime et crédible avec, par exemple, la fusion de l’ARCOM et de l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) dans laquelle siègeraient des représentants de la société civile, des représentants des salariés, des éditeurs, qui puisse regarder les contenus et soit garante de la pluralité de l’information, de la liberté d’accès à la culture quel que soit le support : papier, radio-tv, web. Il ne s’agirait pas de contrôler l’éditorial de chaque média, mais bien de veiller, en ayant une vue d’ensemble, au respect du pluralisme de la production à la diffusion.

En ce qui concerne le renforcement de l’autonomie des rédactions, la charte déontologique de Munich (1971) reconnue par la Fédération internationale des journalistes, donne une piste de réflexion en disposant que « L’équipe rédactionnelle doit être obligatoirement informée de toute décision importante de nature à affecter la vie de l’entreprise. Elle doit être au moins consultée, avant décision définitive, sur toute mesure intéressant la composition de la rédaction : embauche, licenciement, mutation et promotion de journaliste. »

Garantir l’indépendance de l’information et son pluralisme dans un contexte de fusions – concentration des organes de presse, pourrait enfin passer par la mise en place de nouveaux seuils, cela pour éviter la mainmise sur les médias, en limitant la participation des grands groupes au capital des médias.

Fait à Paris, le 18 janvier 2021

 

Les aides postales et fiscales à la presse enfin conditionnées à la présence de journalistes

A l’issue d’un an de concertations entre le ministère de la Culture et les organisations syndicales de journalistes et d’éditeurs viennent d’être entérinées des conditions plus strictes pour l’accès aux aides postales et fiscales à la presse, qui devra pour cela justifier d’un contenu de nature journalistique et produit effectivement par des journalistes professionnels. Le décret du 21 décembre 2021 modifiant l’article D18 du Code des postes et des communications électroniques constitue un vrai pas en avant, auquel la CFDT-Journalistes et la F3C-CFDT ont contribué activement par leurs propositions et leur vigilance constante tout au long des débats.

La nouvelle écriture du décret n’apporte pas de réponses à l’ensemble des revendications de la CFDT notamment la limitation du recours en volume aux agences ou les critères d’appréciation par la CPPAP des tailles de rédaction justifiant l’octroi des aides. Cependant, cette version nous paraît de nature à être un outil potentiellement plus efficace que le texte précédent en vue de garantir à la fois le contenu journalistique des titres percevant des aides à la presse et le respect du droit du travail.

Un lien entre contenu journalistique
et auteurs journalistes

La CFDT est satisfaite que sa proposition de rédaction du décret établissant un lien entre contenu journalistique et auteurs journalistes (ils étaient précédemment distincts) ait été retenue. Selon ce texte, il n’est plus possible de prétendre recourir, pour des contenus journalistiques, à des contributeurs non salariés ou à des contributeurs salariés non journalistes. La rédaction est ainsi rétablie comme le lieu unique de production de l’information journalistique « maison » (ce à quoi s’ajoute les achats aux agences). Ce décret apparait comme un outil supplémentaire de lutte contre le recours illégal à l’autoentrepreneuriat ou le paiement en droits d’auteur qui sont un fléau actuellement dans la profession.

A partir de sa mise en application le 24 juin 2022, les titres en question (les journaux et écrits périodiques présentant un lien direct avec l’actualité) devront : 
> Présenter un contenu original composé d’informations ayant fait l’objet d’un traitement à caractère journalistique, notamment dans la recherche, la collecte, la vérification et la mise en forme de ces informations.
> Ce traitement, qui peut être apporté par des agences de presse agréées au sens de l’ordonnance du 2 novembre 1945, est réalisé par une équipe rédactionnelle composée de journalistes professionnels au sens de l’article L. 7111-3 du code du travail. 
> La composition de cette équipe est appréciée en fonction de la taille de l’entreprise éditrice, de l’objet de la publication et de sa périodicité » (Alinéa I de l’article D18).

Cela semble en effet ubuesque, mais jusqu’à maintenant un titre de presse écrite n’avait pas besoin de justifier qu’il employait vraiment des journalistes pour bénéficier de tarifs postaux et de conditions fiscales avantageux. Seuls les SPEL (services de presse en ligne) d’IPG (information politique et générale) devaient justifier d’au moins un journaliste professionnel. C’est le recours aux chargés de contenu, et non journalistes, chez Sciences et Vie (Reworld Média) qui avait poussé la ministre Roselyne Bachelot à confier une mission sur la question à Laurence Franceschini, conseillère d’Etat, présidente de la CPPAP.

La CFDT-Journalistes et la F3C-CFDT soulignent également le retrait de la dérogation un temps imaginée pour la presse technique et professionnelle, qui ne se serait alors pas vue appliquer ces critères. Il s’agit d’une reconnaissance de la nature pleinement journalistique de ces publications et du rôle capital assuré par les journalistes professionnels au sein de ces titres. Ce décret clarifie, en creux, la place des experts dans les titres de presse recevant des aides publiques, mais qui ne peuvent en aucun cas être pris en compte dans la composition de la rédaction.

Enfin, la CFDT-Journalistes et la F3C-CFDT soulignent avec satisfaction l’ajout d’une « clause de revoyure » dans deux ans ainsi qu’elles l’avaient proposé. Nous réitérons par la même occasion notre demande d’entrée dans la CPPAP afin que cette instance soit paritaire au sens commun du terme et afin qu’elle puisse bénéficier, dans ses appréciations, du regard des représentants des salariés, qui sont les producteurs de l’information.

Enfin, ce texte sera précisé par un autre concernant les seules publications de presse d’information politique et générale, et qui définira des seuils chiffrés. La CFDT attend une fermeté dans leur définition.

La nouvelle écriture du décret n’apporte pas de réponses à l’ensemble des revendications de la CFDT notamment celle concernant l’équilibre qui doit être recherché entre l’attribution d’une aide financière et la nécessité de respecter ou d’établir des dispositions sociales ou celle relative à la limitation du recours en volume aux agences, et n’intègre pas non plus de précisions sur les critères d’appréciation par la CPPAP des tailles de rédaction. 

Cependant, cette version nous paraît de nature à être un outil potentiellement plus efficace que le texte précédent en vue de garantir le contenu journalistique des titres percevant des aides à la presse, tout en rappelant qu’un contenu journalistique est forcément réalisé par des journalistes au sens de la loi.

La dernière modification, qui lie véritablement contenu journalistique et auteurs de ce contenu, et qui est apparue conséquemment à une proposition de reformulation par la CFDT, constitue pour nous une avancée significative par rapport aux versions précédentes débattues depuis un an. Selon ce texte, il n’est plus possible de prétendre recourir, pour des contenus journalistiques, à des contributeurs non salariés ou à des contributeurs salariés non journalistes. La rédaction est ainsi rétablie comme le lieu unique de production de l’information journalistique « maison » (ce à quoi s’ajoute les achats aux agences), étant bien entendu que font partie de la rédaction les journalistes multi-employeurs. Ce décret apparait comme un outil supplémentaire de lutte contre le recours illégal à l’autoentrepreneuriat ou le paiement en droits d’auteur qui sont un fléau actuellement dans la profession.

Par ailleurs les contributeurs salariés non journalistes gardent leur place pour ce qui est de contributions non journalistiques, mais ne peuvent en aucun cas compter dans la composition de la rédaction. 

La CFDT-Journalistes signataire de la tribune d’“Informer n’est pas un délit” sur la concentration des médias

Mercredi 15 décembre était publiée dans Le Monde une tribune portée par l’association Informer n’est pas un délit sur les dangers de la concentration des médias. La CFDT-Journalistes est signataire. La voici en intégralité.

Voir la liste des signataires 

Concentration des médias : nos propositions pour changer la donne

La concentration des médias menace l’exercice indépendant du métier de journaliste et restreint la liberté d’informer. C’est un enjeu majeur qui touche tous les citoyens, et dont les pouvoirs publics, garants de l’intérêt général, doivent s’emparer.

Aujourd’hui, un seul et même groupe (Vivendi) piloté par un seul et même industriel (Vincent Bolloré) contrôle (Canal+, CNews, C8, Cstar, Planète+, TeleTOON+, Infosports+…) une radio (Europe1), des journaux, (Le Journal du dimanche, Paris Match), un éditeur de jeux (Gameloft), une plateforme de vidéos (Dailymotion), des salles de spectacle (CanalOlympia), des maisons d’édition (Editis et potentiellement Hachette) ainsi que Prisma, le premier groupe français de presse magazine (Capital, Femme actuelle, Geo, Ça m’intéresse, Télé-Loisirs, Voici…)

Jamais sans doute un homme d’affaires français n’a concentré autant de médias entre ses mains. Jamais la production d’informations, ainsi que la production culturelle, n’ont dépendu à ce point d’une seule et même personne qui méprise l’une des valeurs fondamentales de toute démocratie : l’indépendance des journalistes.

Lorsque Vincent Bolloré s’empare d’un média, souvent, la même logique mortifère s’applique : d’abord, un démantèlement de la rédaction, puis une reprise en main idéologique.

Certes, la concentration des médias n’est pas un phénomène nouveau, ni l’apanage d’un homme. Par le passé, le groupe Hersant, ancien propriétaire du Figaro, a contrôlé 40% de la presse papier en France.

Ce qui est nouveau, c’est l’hyper-concentration des médias français entre les mains de quelques milliardaires Vincent Bolloré, mais aussi Bernard Arnault, Patrick Drahi, Xavier Niel, Daniel Křetínský et des groupes financiers comme le Crédit Mutuel.

Bien sûr, les journalistes qui travaillent pour les médias détenus par ces industriels ne subissent pas directement et au quotidien la pression de leurs actionnaires. Mais la concentration des médias a un impact majeur sur la qualité et la diversité de l’information délivrée au public. Elle réduit l’espace consacré au décryptage. Elle favorise l’opinion et fragilise la liberté de la presse ainsi que l’indépendance des journalistes.

Parce que nous considérons l’information comme un bien public, les médias ne sont pas un secteur d’activité comme un autre. Ce ne sont pas les investisseurs privés qui posent problème, mais le manque de garanties apportées aux journalistes désireux de travailler en toute indépendance, sans aucune pression.

Au moment où certains candidats à l’élection présidentielle évoquent la privatisation du service public de l’audiovisuel, une telle situation n’est plus tenable, il est temps d’agir.

Nous sommes désormais nombreux à dénoncer un fléau médiatique, social et démocratique : après le documentaire diffusé mi-octobre par Reporters sans frontières (RSF) et l’appel lancé par le Fonds pour une presse libre, même la ministre de la Culture a récemment reconnu devant les sénateurs “que les textes qui assurent cette régulation sont des textes déjà anciens et qui présentent des lacunes”.

Aujourd’hui, nous en sommes persuadés, nous pouvons lutter contre la concentration des médias.

Pour mieux encadrer l’actionnariat et éviter le piège des intérêts partisans, plusieurs réponses sont envisageables. A l’image de ce que proposent Julia Cagé et Benoît Huet dans le livre L’information est un bien public et RSF, quatre mesures simples et concrètes nous semblent aujourd’hui prioritaires :

1. La réforme en profondeur de la loi de 1986, relative à la liberté de communication.

Cette loi est obsolète, illisible et les critères retenus pour éviter la concentration des médias sont totalement inefficaces.

2. La création d’un statut juridique pour les rédactions.

Ce statut permettrait de graver dans le marbre l’indépendance des rédactions, de limiter tout interventionnisme des actionnaires et/ou de leurs représentants et de garantir la participation active des rédactions à la gouvernance de leurs médias. Au sein du quotidien Le Monde par exemple, des mécanismes existent pour se prémunir de toute ingérence.

3. La création d’un délit de trafic d’influence en matière de presse pour limiter
toute pression sur les rédactions.

La loi devrait sanctionner pénalement tout interventionnisme abusif des propriétaires et dirigeants de médias qui ont souvent pour objectif de favoriser leurs intérêts ou ceux d’un tiers.

4. La protection de l’honnêteté, de l’indépendance et du pluralisme de l’information doit être mieux garantie.

Aujourd’hui, de nombreuses structures sont vouées à la protection du pluralisme de l’information : l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (ARCOM) qui va bientôt remplacer le CSA, les comités d’éthique, ou encore le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM). Il nous apparaît nécessaire de clarifier le rôle respectif de ces instances au sein d’un cadre législatif adapté à l’environnement médiatique actuel.

Si nous, journalistes, citoyens, signataires de cette tribune, nous nous réjouissons qu’une commission d’enquête parlementaire se saisisse enfin de ces sujets, nous estimons qu’il est du devoir des candidats à l’élection présidentielle de prendre des engagements immédiats afin de limiter la concentration des médias et de protéger fermement la liberté d’informer. C’est en ce sens que nous les invitons à intégrer des mesures concrètes dans leurs programmes.

Savez-vous que la CFDT-Journalistes organisait en mai dernier un débat en visio ouvert à tous, avec Julia Cagé et Benoit Huet ? La concentration faisait partie de ces échanges sur la place des journalistes dans la gouvernance de leurs médias.

Volteface sur les aides à la presse : le ministère de la Culture entend mieux les patrons que les syndicats

Communiqué intersyndical SNJ – SNJ-CGT – CFDT-Journalistes – SGJ-FO au sujet du décret en préparation par le ministère de la culture sur la conditionnalité des aides à la presse (suite de la mission Franceschini).

Fin décembre 2020, Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, chargeait Laurence Franceschini, présidente de la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP), d’une mission sur l’attribution des aides à la presse. Objectif déclaré : affirmer la nécessaire présence de journalistes professionnels dans les rédactions, ce que les textes réglementaires ne mentionnaient pas jusqu’alors tant cela semblait aller de soi… Certains éditeurs ont démontré ces dernières années que cette évidence n’en était désormais plus une pour eux.

Nous pensions être entendus

Pour les syndicats de journalistes, unanimes sur leur position, il s’agissait de mettre fin à des dérives des employeurs : aides à la presse attribuées à des médias sans journalistes, ou qui recourent à des auto-entrepreneurs et des auteurs en lieu et place des journalistes et en infraction avec le Code du travail, ou qui créent leur propre agence de presse interne pour contourner les acquis sociaux des journalistes de la rédaction, etc.

Au cours des mois de discussions qui s’en sont suivis, les organisations syndicales représentatives des journalistes ont eu l’impression d’être entendues. Le décret qui se préparait imposait l’existence d’une équipe rédactionnelle composée de journalistes et la réalisation du contenu éditorial par des journalistes.

Le noeud de la presse pro et spécialisée

Patatras ! Les dernières propositions du ministère sur le décret à venir ouvrent la porte sans limite aux contenus fournis par des agences de presse, y compris internes, validant ainsi un modèle social moins-disant. La formulation floue du projet de décret n’exclut pas le recours à des contributeurs non salariés. L’existence d’une équipe rédactionnelle composée de journalistes n’est plus une obligation pour la « presse technique et professionnelle » qui peut avoir recours à un « comité éditorial » sans journalistes. Or la presse professionnelle et la presse spécialisée emploient à elles seules 57 % des journalistes de presse écrite détenteurs d’une carte de presse.

Devant notre insistance à maintenir des garde-fous, le ministère de la Culture rétorque qu’il n’a pas pour mission de contrôler les éditeurs ni de s’immiscer dans leur modèle économique. Certes, mais de là à faciliter leurs pratiques illicites, il y a un pas qui pourrait être franchi par le prochain décret.

L’intersyndicale SNJ – SNJ-CGT – CFDT-Journalistes – SGJ-FO demande au ministère de la Culture de revenir sur ses dernières propositions et de conforter le rôle primordial et irremplaçable des journalistes dans la presse.

Paris, le 28 juillet 2021.

Lire nos précédents articles expliquant notre contribution CFDT à la mission Franceschini sur la conditionnalité des aides à la presse et notre position sur ses premiers arbitrages, qui avaient été rendus en avril. Depuis, nous avons participé à plusieurs réunions de concertation au sujet du décret à paraître.

26 avril 2021 : Fin des aides aveugles à la presse : le ministère de la Culture fait le bon choix, avec l’obligation d’emploi de journalistes, mais attention aux dérogations !

31 mars 2021 : Conditionner les aides à la presse : les propositions de CFDT-Journalistes

Groupe EBRA : quand la culture du non-dit confine au mépris du lecteur !

Communiqué de la CFDT du groupe EBRA :

 

Félicitation à Nicolas Théry, Pdg du Crédit Mutuel, actionnaire majoritaire des journaux et de l’agence du groupe EBRA (Les DNA, l’Alsace, l’Est Républicain, Le Républicain Lorrain, Le Journal de Saône-et-Loire, Le Bien Public, Agir, Le Progrès de Lyon et Le Dauphiné Libéré) ! Ce dernier vient, en effet de prendre ses nouvelles fonctions de président de la Fédération bancaire française.

Mais quelles sont ces pudeurs de gazelle qui empêchent les rédacteurs en chef de l’ensemble du groupe EBRA de signaler, dans les articles annonçant cette promotion, que le Crédit Mutuel est aussi l’actionnaire de nos journaux ?

Ce devrait pourtant être un réflexe de transparence minimale dans des quotidiens d’information générale comme ceux du groupe EBRA. Et c’est d’autant plus regrettable que désormais, cette pratique de transparence est d’usage dans une grande partie de la presse nationale !

Et si on arrêtait enfin de prendre les lecteurs de ces journaux pour des ignorants déconnectés de toute information autre que celle diffusée par leur quotidien ?

 

Lire aussi : Le groupe EBRA confond règlement intérieur et charte déontologique

VIDEO. Grand débat avec Julia Cagé et Benoît Huet. « Et si on tentait la cogestion ? »

Quand nous avons appris que Julia Cagé et Benoit Huet proposaient l’esquisse d’une « loi de démocratisation de l’information », forcément, cela nous a interpellé. Et quand les auteurs proposent de « garantir l’autonomie des rédactions et une démocratisation de l’actionnariat des médias », forcément, cela nous intéresse… Alors nous avons eu l’idée de proposer un débat avec eux, le 26 mai 2021, dont nous vous proposons des extraits en vidéo.

Les médias : un bien public

Ce travail sur le « bien public » que représentent les médias et leur place particulière dans le fonctionnement de la démocratie entre en résonance avec d’autres thèmes traités par CFDT Journalistes, qu’il s’agisse de la réflexion engagée par le ministère de la Culture sur de nouveaux critères d’attributions des aides à la presse, la mise en place de conseils de rédaction ou notre implication historique dans le CDJM, Conseil de déontologie journalistique et de médiation.

Comment protéger davantage les journalistes ? Comment leur donner plus de poids dans les rédactions face aux actionnaires ? Mais aussi, finalement, comment sauver les médias ? Avec quels capitaux ?

Voici les thèmes qui ont été abordés lors de cette rencontre alors que dans les rédactions, il nous semble que désormais, les journalistes redoutent réellement les changements d’actionnaires…

 

Enable Notifications OK No thanks