Laurent Berger : « Les journalistes sont un des vecteurs de la démocratie. »

Partagez sur vos réseaux

Alors que débute mercredi 13 octobre le 1er tour des élections des représentants des journalistes à la Commission de la la Carte, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, s’exprime sur le rôle des journalistes dans notre société, la place de la lecture de la presse dans son parcours, et le sens d’un engagement syndical dans la profession.

 

Les journalistes, un des vecteurs de la démocratie

« Les journalistes sont importants, parce qu’ils sont un des vecteurs de la démocratie. La démocratie c’est quelque chose d’extrêmement important pour la CFDT, c’est d’ailleurs dans notre sigle. Nous avons besoin de journalistes qui soient formés, qui aient des règles éthiques et qui en même temps soient libres et qui puissent exercer leur métier dans de bonnes conditions. »

Se forger un esprit critique

« Quand on vient du milieu d’où je viens, une partie de son éducation et notamment de son apprentissage du monde passe par la presse. Pour moi, elle est passée par un quotidien régional, Ouest-France, que je lisais tous les jours et qui ouvrait sur les réalités de ma commune mais qui ouvrait aussi sur l’Europe et sur le monde parce qu’il y avait une information de qualité. Je crois qu’il faut redonner la possibilité à chacun et à chacune d’avoir accès à une information de qualité parce que c’est comme ça aussi qu’on grandit, qu’on se forme, qu’on se forge un esprit critique et puis finalement qu’on décide de s’engager dans la société. » 

Besoin de dialogue social dans cette profession

« Le métier de journaliste aujourd’hui est très précarisé. Il est starisé d’un côté de la chaîne et de l’autre côté il est quand même très précarisé avec beaucoup de pigistes et beaucoup de journalistes qui sont inquiets quant à leur devenir et qui sont inquiets aussi sur les conditions d’exercice de leur métier de plus en plus compliqué. On a besoin de dialogue social dans cette profession, où on reconnaisse les évolutions du métier et en même temps les besoins de sécurité pour les journalistes. »

Donner davantage de poids à la CFDT

« L’élection de la carte c’est la possibilité de donner davantage de poids pour la CDFT qui va se battre pour la qualité de l’information qui va se battre pour le statut des journalistes et pour leur sécurisation et qui va se battre pour notre démocratie d’une certaine manière, pour une presse libre et indépendante. »

« Dès le 13 Octobre pour les élections à la carte de presse choisissez la CFDT, votez pour les candidates et les candidats de la CFDT. 

Faites-leur confiance ! » 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *