Plan social à la Mutualité Française : les journalistes frappés de plein fouet

L’annonce, le 14 février dernier d’un important plan social au sein de la Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF) – avec à la clé la suppression de 62 postes d’ici juillet 2023, dont tous ceux des journalistes – a été un choc pour les élus du CSE qui dénoncent « la violence et la brutalité du dispositif » tout en contestant « le motif économique avancé par l’employeur ».

A leurs yeux, rien ne justifie d’ailleurs la « précipitation » avec laquelle la direction entend se séparer de « plus de 25% du personnel. »

Pour justifier ce PSE, la direction de la Mutualité Française invoque de son côté une baisse des cotisations des organismes mutualistes adhérents.

« Nous savions que la situation était compliquée, mais nous n’imaginions pas la brutalité avec laquelle la direction et la présidence de la Fédé allaient lancer les hostilités », explique un journaliste de la FNFM. « Adapter les effectifs et la masse salariale en quatre mois, alors que le conseil d’administration a voté en décembre un retour à l’équilibre en 2027, c’est se priver volontairement de marges de manœuvre qui auraient été très utiles pour préparer des reconversions, en interne ou en externe. Là, nous sommes assurés d’une casse sociale. »

Des pratiques éloignées des discours ?

Les salariés concernés n’entendent cependant pas se laisser faire et dénoncent « le décalage de plus en plus grand entre le discours affiché [par les] dirigeants sur les valeurs et leurs pratiques qui, elles, en sont très éloignées. »

Les journalistes, inquiets pour la pérennité des titres édités par la FNFM, ont déjà vécu deux grosses réorganisations depuis 2015, et le service dont ils dépendent a fait l’objet (encore en 2022) de deux expertises pour risques graves (aux résultats accablants pour la direction) tant les risques psychosociaux, entretenus dans l’espoir de nous faire partir, ont été poussés à leur paroxysme. Si les titres ne disparaissent pas, ils risquent cependant de se trouver très amputés.

Le risque est alors que l’information disparaisse du paysage de la Fédération au profit de la communication. Ce qui serait assez désolant.

Les actualités

  • Appel des pigistes contre l’extrême-droite

    Appel à une assemblée générale des pigistes contre l’extrême droite Le pire est devant nous. L’extrême droite s’apprête à gravir la dernière marche vers le pouvoir, peut-être l’a- t-elle déjà franchie au moment où vous lisez ces lignes. Raciste, xénophobe, sexiste, LGBTIphobe, validiste, inégalitaire, le projet du Rassemblement national et de ses alliés menacent aussi…

  • Lettre ouverte des journalistes de 20 Minutes

    Le texte suivant a été signé par un collectif de 62 journalistes de la rédaction de 20 Minutes, avec le soutien du SNME-CFDT et du SNJ-CGT Alors que le Rassemblement national est aux portes du pouvoir, nous, journalistes de 20 Minutes, demandons un engagement clair de notre média contre l’extrême droite. A quelques jours du second…

  • Libertés ! Rassemblement place de la République jeudi 27 juin à 18h

    Médias indépendants, syndicats, dont la Confédération CFDT et la CFDT-Journalistes, associations de défense des droits et mouvements citoyens, nous vous appelons à participer à un grand événement public ce jeudi 27 juin à 18h, Place de la République, à Paris. VENEZ REMPLIR LA PLACE DE LA REPUBLIQUE ! Libertés ! au pluriel, parce que le…

  • Face au RN, une campagne vidéo des auteurs de documentaires

    Dans la continuité de la tribune et en collaboration avec la Ligue des Droits de l’Homme, la GARRD lance une campagne de mobilisation « FACE AU RN, LA LIBERTÉ D’INFORMER N’A PAS DE PRIX » composée de vidéos.  Ces vidéos sont des extraits des reportages, des films d’investigation, des films documentaires qui ont marqué l’histoire…

  • Edito de Ouest-France. Il n’y a qu’un danger : l’extrême droite !

    Communiqué des sections SNJ et CFDT d’Ouest France du 26 juin 2024. Pour nombre de collègues, le réveil a été difficile, ce dimanche 23 juin. Un nouvel édito a encore manié amalgames réducteurs et considérations choquantes. A l’heure où noustraversons la plus grande crise politique de la Ve République, nous, journalistes d’Ouest-France, considérons que ce texte…

Enable Notifications OK No thanks