Victoire syndicale ! Conflit d’intérêt de magistrats collaborant au groupe de presse WKF : la France condamnée par la CEDH


Essayons de résumer cette affaire de conflit d’intérêt simplement. Une entreprise de presse prive ses salariés d’intéressement qu’elle justifie par son niveau d’endettement, les magistrats chargés de statuer sur le bien-fondé de cette privation lui donnent raison, alors qu’ils sont liés à l’entreprise à laquelle ils collaborent dans le cadre d’activités de formation. Pour la Cour européenne des droits de l’homme, l’article 6 § 1 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui exige l’équité des procès, a été bafoué. Victoire des syndicats, dont la CFDT, qui avaient porté cette affaire en justice !

Pour détailler davantage : En 2007, une restructuration au sein du groupe de presse Wolters Kluwer (informations professionnelles, notamment juridiques) donna lieu à la transmission des patrimoines de neuf sociétés du groupe à la société par actions simplifiée WK France (WKF), qui pour cela souscrivit un emprunt de 445 millions d’euros, ce qui eut pour effet de créer un endettement interdisant d’envisager tout versement de participation aux salariés. En 2012, quatre syndicats, dont la CFDT, assignèrent les sociétés WKF et HWKF devant le tribunal de grande instance, afin d’obtenir la condamnation des deux sociétés à reconstituer une réserve spéciale de participation salariale pour les exercices 2007 à 2022. Cette bataille judiciaire fut longue (voir tous les détails plus loin) et en 2018, la Cour de cassation cassa l’arrêt de la cour d’appel de Versailles du 2 février 2016 (favorable aux salariés) et décida de mettre fin au litige. Or, un mois plus tard, Le Canard Enchaîné révélait que trois des six magistrats ayant siégé dans cette affaire étaient des collaborateurs réguliers de WKF, assurant notamment des formations rémunérées pour des professionnels du droit.

Le 14 décembre 2023, la Cour européenne des droits de l’Homme a établi qu’avait été bafoué le droit à un procès équitable :

« Tout en soulignant que la contribution des magistrats à la diffusion du droit, à l’occasion notamment d’événements scientifiques, d’activités d’enseignement ou de publications, s’inscrit naturellement dans le cadre de leurs fonctions, la Cour constate que les relations professionnelles des juges F., H. et P. avec l’une des parties à la procédure étaient régulières, étroites et rémunérées, ce qui suffit à établir qu’ils auraient dû se déporter et que les craintes des requérants quant à leur manque d’impartialité pouvaient passer pour objectivement justifiées. Il y a donc eu violation de l’article 6 § 1 de la Convention ».

Lire le communiqué intersyndical :

Lire le communiqué de la CEDH :

Ce que nous enseigne ou nous rappelle cette affaire :

  • Les élus CSE ont des droits : droit à obtenir des infos financières sur leurs entreprise, droit d’êtres consultés, droit de mener des batailles judiciaires quand les intérêts des salariés sont bafoués
  • Les entreprises de presse peuvent collaborer avec des experts et notamment avec des magistrats mais ceux-ci doivent se déporter en cas de conflit d’intérêt
  • La déontologie dans nos entreprises de presse n’est pas à vérifier seulement dans les contenus mais aussi dans toutes ses dimensions

Nous exprimons toute notre estime aux militants syndicaux qui n’ont pas lâché l’affaire toutes ces années et portent haut nous valeurs d’indépendance, de déontologie et de partage équitable des richesses !

Nous envoyons tous nos encouragements à tous ceux qui aujourd’hui tiennent tête à leurs directions quand celles-ci sont manifestement dans le faux, et engageons tous les salariés à s’engager syndicalement pour les droits de tous !

Les actualités

  • Pour que la crise ne balaye ni journalistes précaires ni lecteurs du print

    Voici la copie d’une lettre adressée au Président de la République, Emmanuel Macron, sur la diffusion des journaux durant la crise sanitaire. Monsieur le président, Le maintien de la Liberté de l’information et de la diffusion de la presse ne laissent pas de nous inquiéter. Nous souhaitons donc attirer votre attention sur la responsabilité conjointe…

  • Coronavirus – Liberté de circulation pour les journalistes et prolongement de la carte de presse 2019

    « La circulation de tous les journalistes sera assurée partout et sans restriction pendant la période de confinement« , nous assure aujourd’hui le ministère de la culture, interpellé par la CFDT-Journalistes. Pour cela il est important de se munir de sa carte de presse. Les journalistes sans carte de presse doivent demander une attestation à leur employeur (justifiant de votre qualité de…

  • Coronavirus – Télétravail, précaires : les journalistes doivent être protégés

    La CFDT Journalistes et la F3C CFDT demandent à toutes les entreprises de presse d’édicter des consignes claires et équitables sur les conditions de reportage, en accord avec les autorités de santé de généraliser le télétravail en fournissant si besoin des ordinateurs portables de déclarer en arrêt maladie exceptionnel (décret du 31 janvier) et pour toute la durée de fermeture…

  • Coronavirus : le défi de la continuité de l’information

    Alors que la France se met à l’arrêt en raison de l’épidémie de Coronavirus, le travail des journalistes demeure indispensable pour traverser cette crise. La majeure partie de la population est désormais confinée sans les contacts habituels de sa vie sociale. Dans ce contexte extraordinaire et difficile pour la population, la F3C CFDT (Fédération communication…

  • Avec CFDT-Journalistes, pigistes, faire appliquer nos droits !

    Beaucoup de journaux et d’agences de presse n’appliquent pas pour leurs pigistes la loi, la convention collective, les barèmes. Et pas seulement des petites entreprises. Isolé, le pigiste ne peut pas grand chose – sauf dans de très rares cas. Mais pour l’immense majorité des pigistes, la solution du problème passe par l’action collective et…

Enable Notifications OK No thanks