Attentat devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : une misérable attaque contre la liberté de la presse

Communiqué intersyndical SNJ – SNJ-CGT – CFDT-JOURNALISTES – FIJ – FEJ

Deux salariés de la société de production « Premières lignes » qui œuvre par exemple pour Cash Investigation sur France 2, ont été grièvement blessés par un agresseur ce vendredi 25 septembre 2020 à Paris devant les locaux où, il y a plus de cinq ans, deux terroristes ont massacré la rédaction de Charlie Hebdo. 

Le SNJ, le SNJ-CGT et la CFDT-Journalistes apportent tout leur soutien aux deux victimes de « Premières lignes » et à leurs proches, parents et collègues. Cette attaque ignoble devant les anciens locaux de Charlie Hebdo est un nouveau traumatisme pour l’ensemble de notre profession. Après l’attentat du 7 janvier 2015, les dirigeants de « Premières lignes » avaient choisi de ne pas déménager. Pour eux, « la foudre a frappé deux fois au même endroit ».

Le SNJ, le SNJ-CGT et la CFDT-Journalistes demandent, avec le fondateur de Premières Lignes, que ce lieu soit sanctuarisé.

Cette nouvelle attaque contre la liberté de la presse a été perpétrée alors que le procès des assassins de Charlie Hebdo et de leurs complices se tient à Paris.

Le SNJ, le SNJ-CGT et la CFDT-Journalistes constatent que les responsables politiques prononcent dans ces moments douloureux des paroles fortes en faveur de la liberté de la presse, comme en 2015. Or celle-ci vient d’être, tout récemment – et une fois de plus – mise en cause par des dispositions du Schéma national de maintien de l’ordre publié par le ministre de l’Intérieur.

Le SNJ, le SNJ-CGT et la CFDT-Journalistes exigent que les autorités politiques de France mettent leurs actes en concordance avec leurs paroles pour que les journalistes puissent exercer leur profession en toute sécurité et en toute liberté.
 

Paris, le 26 Septembre 2020

Les actualités

  • Dans son rapport 2020, l’ODI pointe un nouveau défi pour l’information

    De nouvelles menaces sur la qualité de l’information L’Observatoire de la Déontologie de l’Information (ODI) vient de publier son rapport 2020, « Faire face au trouble dans l’information ». Ce document, qui aurait dû être présenté lors des Assises internationales du Journalisme (reportées à l’automne), souligne la persistance en 2019 de graves dérives, accentuées par le ‘trouble’ provoqué dans…

  • Coronavirus : comment l’action syndicale a permis d’obtenir un décret favorable aux pigistes

    Alors qu’un grand nombre de journalistes pigistes ont vu leurs collaborations fortement freinées voire stoppées depuis le début de la crise sanitaire, la CFDT-Journalistes se félicite des avancées apportées par le « décret pigistes », déterminant leurs conditions d’accès au chômage partiel, paru au Journal officiel ce vendredi 17 avril. Certaines entreprises de presse avaient déjà accordé l’activité…

  • Décret pigistes : une étape est franchie, passons à la suivante

    Communiqué intersyndical. Le décret sur le chômage partiel des journalistes pigistes vient d’être publié. Il énonce clairement les conditions d’accès aux mesures gouvernementales dans chaque entreprise : avoir trois bulletins de salaire au moins sur les douze mois précédant les mesures de chômage partiel, dont deux sur les quatre derniers mois ou avoir collaboré au dernier trimestriel.…

  • Lettre ouverte à Julian Assange, emprisonné en Grande-Bretagne depuis un an

    Voici la lettre ouverte à Julian Assange, emprisonné en Grande-Bretagne depuis un an, publiée par le SNJ, le SNJ-CGT, la CFDT-Journalistes. Cher Julian, En ces temps de pandémie où des remises en liberté sont massivement accordées à des prisonniers de plusieurs pays du monde, votre libération a été refusée par la juge qui entend vous…

  • Déplacement présidentiel à l’hôpital, journalistes indésirables

    Communiqué de L’Association de la Presse Présidentielle. L’Elysée a organisé aujourd’hui un déplacement du Chef de l’Etat sans aucun journaliste au CHU du Kremlin-Bicêtre. Cette visite, sans contraintes particulières au regard des précédents déplacements, n’avait aucun caractère « privé » puisque l’Elysée en a diffusé ses propres images sur les réseaux sociaux. Ces dernières semaines,…

Enable Notifications OK No thanks