Reporters sans frontières s’inquiète du sort des journalistes après l’invasion de l’Ukraine par la Russie

« Alors que les chars russes sont entrés sur le territoire ukrainien, les journalistes, premiers témoins, risquent d’être pris pour cibles », rappelle Reporters sans frontières. RSF appelle dès lors les belligérants et les organisations internationales « à assurer la protection des journalistes ».

En plus des journalistes locaux, plus de 1 000 correspondants étrangers seraient sur le terrain, selon les chiffres de l’armée ukrainienne qui délivre des accréditations. Cette situation inquiète RSF qui écrit, citant Jeanne Cavelier, la responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale de RSF : « Nous connaissons les méthodes du pouvoir russe : les journalistes en sont des cibles privilégiées, comme c’est le cas en Crimée depuis l’annexion en 2014 et dans les territoires occupés par les séparatistes du Donbass soutenus par Moscou ».

En cas de conflit armé, les journalistes doivent être protégés au même titre que les civils, mais dans le cas de le cas russe, « la bataille se joue aussi sur le terrain de l’information », note RSF. « Au moins deux médias ukrainiens ont été la cible de cyberattaques : le site web de Kanal 5, chaîne de télévision détenue par l’ancien président Petro Porochenko, et le Kiyv Post, journal anglophone.

Lire l’intégralité du communiqué de RSF : Invasion de l’Ukraine par la Russie : les journalistes ne sont pas des cibles | RSF

Enfin, en Ukraine, l’ambassade de France a ouvert une cellule de crise – Conflit avec la Russie, à destination des Français se trouvant en Ukraine, comprenant une cellule de réponse téléphonique. La cellule de réponse téléphonique est joignable au +380 44 590 36 39.

A la suite des bombardements, l’espace aérien ukrainien a été fermé à compter du 24 février. « Il est recommandé jusqu’à nouvel ordre de rester à l’abri compte tenu des risques entraînés par tout déplacement à l’intérieur du pays », indique l’Ambassade.

Les actualités

  • Journalistes et allocation chômage : vérifiez votre base brute !

      La CFDT-Journalistes a reçu coup sur coup plusieurs alertes de journalistes ayant ouvert des droits au chômage et à qui France Travail affirmait devoir calculer leur ARE à partir de leur salaire brut abattu (sur 72% de leur salaire). Il y a beaucoup de confusions à ce sujet de la part des employeurs et…

  • Journaliste cinéma : derrière le strass, le stress

    Le métier de critique de cinéma relève a priori du rêve. Mais analyser, commenter, observer l’actualité cinématographique suppose une expertise, une sensibilité, un savoir-faire, pas assez reconnus à leur juste valeur. Au moment où se déroule le festival de Cannes, un coup de projecteur sur ce journalisme sans qui le public n’aurait pour toute information…

  • L’audiovisuel public en grève les 23 et 24 mai !

    Contre la mise en place d’une holding regroupant France Télévisions, Radio France, l’INA et France Médias Monde, les sections CFDT de ces entreprises appellent à la grève les 23 et 24 mai, de même que celle de TV5 Monde, qui n’est pas concernée mais s’inquiète également de ce projet. Retrouvez ci-après tous les préavis de…

  • Les journalistes CFDT ne veulent pas regarder monter l’extrême-droite les bras croisés

    Face à la montée de l’extrême-droite, et à moins de trois semaines des élections européennes du 9 juin, CFDT-Journalistes, organisation syndicale représentative de la profession, exhorte les journalistes et tous les citoyens à ne pas sous-estimer le péril démocratique qui est en jeu, notamment au regard de la liberté de la presse, et exhorte les…

  • Réforme de l’audiovisuel public : l’OPA hostile des politiques

    À partir du mardi 14 mai à 16h30, la commission des affaires culturelles et de l’éducation à l’Assemblée nationale examine la proposition de loi, adoptée par le Sénat, relative à la réforme de l’audiovisuel public et à la souveraineté audiovisuelle. CFDT-Journalistes, SNME-CFDT et F3C-CFDT dénoncent une OPA hostile du gouvernent ! Un projet de loi…

Enable Notifications OK No thanks