Baisse et arrêt des piges à Néon et Management : la CFDT a pesé pour améliorer les conditions de départ volontaire

La CFDT, le SNJ et la CGT ont signé le 22 février 2022 deux protocoles de départ conventionnel pour les pigistes touchés par la baisse ou la fin d’activité à Néon et à Management (Prisma Media). Deux textes aux termes mieux-disants que leur version initiale proposée par la direction du groupe et que les conditions de départ de la clause de cession en cours.

La parution de Néon, dans sa formule papier, s’est arrêtée en décembre 2021, et le repositionnement sur le web seul a entraîné la fin du recours aux pigistes. Celle de Management est passée d’une périodicité mensuelle à une périodicité bimestrielle (tous les deux mois) depuis janvier 2022, entraînant donc non pas un arrêt mais une baisse du volume de piges.

Pour accompagner les pigistes réguliers pénalisés par cette disparition ou par cette baisse d’activité, et qui seraient candidats à un départ volontaire, la direction a ouvert la négociation sur un accord collectif, visant à accompagner par une série d’indemnités les pigistes de ces deux titres, sous condition d’un minimum d’ancienneté et de revenus sur les trois années cumulées : 2019, 2020, 2021.

Seuil d’éligibilité abaissé, nombre de pigistes bénéficiaires accru

La CFDT a été présente à chacune de ces réunions, et a cherché à améliorer le seuil d’éligibilité retenu par la direction tant sur le plan de l’ancienneté requise que du niveau de revenu. En parvenant à convaincre d’abaisser ces paramètres, elle a obtenu un accroissement du nombre de pigistes potentiellement concernés par un départ, lequel, notamment, est passé de 15 à 25 pour ceux de Management.

Outre les indemnités de licenciement conventionnelles, calculées selon l’ancienneté, et les deux mois de préavis rémunérés par anticipation lors du départ, la direction a mis sur la table des indemnités, dites « supplémentaires » ou « transactionnelles », arrimées également à l’ancienneté. La CFDT a bataillé, avec succès, pour obtenir un montant plus élevé que ceux initialement proposés.

Néon : pouvoir revenir dès janvier 2023

Les deux accords ne sont pas identiques.

Pour les pigistes de Néon, les syndicats n’ont pas réussi à obtenir proportionnellement le même niveau d’indemnités transactionnelles que pour ceux de Management.

La CFDT a toutefois obtenu que les pigistes de Néon partant avec cet accord puissent avoir la possibilité de revenir travailler dans le groupe Prisma Media dès janvier 2023. Un point qui nous a semblé essentiel, puisque ces pigistes sont de jeunes journalistes, qui, en début de carrière, ne pouvaient se voir interdire toute contribution à une groupe de presse d’une telle dimension.

Management : un salaire de référence moins favorable que pour Néon

En revanche, pour les pigistes de Management, le calcul de la rémunération de référence servant à chiffrer le montant global de ces diverses indemnités, reste basé sur la moyenne des 12 derniers mois, ou des 24 derniers mois selon les textes en vigueur (on retient la moyenne la plus favorable) décompté à partir de la date de départ du pigiste.

Aucun des syndicats, CFDT, CGT et SNJ n’a pu obtenir que ce calcul s’opère sur les meilleures années 2020 et 2021, comme c’est le cas pour Néon.

 

A noter que les 3 syndicats représentatifs ont signé cet accord.

 

Télécharger l’accord Management_

Télécharger l’accord Néon

Les actualités

  • Dans son rapport 2020, l’ODI pointe un nouveau défi pour l’information

    De nouvelles menaces sur la qualité de l’information L’Observatoire de la Déontologie de l’Information (ODI) vient de publier son rapport 2020, « Faire face au trouble dans l’information ». Ce document, qui aurait dû être présenté lors des Assises internationales du Journalisme (reportées à l’automne), souligne la persistance en 2019 de graves dérives, accentuées par le ‘trouble’ provoqué dans…

  • Coronavirus : comment l’action syndicale a permis d’obtenir un décret favorable aux pigistes

    Alors qu’un grand nombre de journalistes pigistes ont vu leurs collaborations fortement freinées voire stoppées depuis le début de la crise sanitaire, la CFDT-Journalistes se félicite des avancées apportées par le « décret pigistes », déterminant leurs conditions d’accès au chômage partiel, paru au Journal officiel ce vendredi 17 avril. Certaines entreprises de presse avaient déjà accordé l’activité…

  • Décret pigistes : une étape est franchie, passons à la suivante

    Communiqué intersyndical. Le décret sur le chômage partiel des journalistes pigistes vient d’être publié. Il énonce clairement les conditions d’accès aux mesures gouvernementales dans chaque entreprise : avoir trois bulletins de salaire au moins sur les douze mois précédant les mesures de chômage partiel, dont deux sur les quatre derniers mois ou avoir collaboré au dernier trimestriel.…

  • Lettre ouverte à Julian Assange, emprisonné en Grande-Bretagne depuis un an

    Voici la lettre ouverte à Julian Assange, emprisonné en Grande-Bretagne depuis un an, publiée par le SNJ, le SNJ-CGT, la CFDT-Journalistes. Cher Julian, En ces temps de pandémie où des remises en liberté sont massivement accordées à des prisonniers de plusieurs pays du monde, votre libération a été refusée par la juge qui entend vous…

  • Déplacement présidentiel à l’hôpital, journalistes indésirables

    Communiqué de L’Association de la Presse Présidentielle. L’Elysée a organisé aujourd’hui un déplacement du Chef de l’Etat sans aucun journaliste au CHU du Kremlin-Bicêtre. Cette visite, sans contraintes particulières au regard des précédents déplacements, n’avait aucun caractère « privé » puisque l’Elysée en a diffusé ses propres images sur les réseaux sociaux. Ces dernières semaines,…

Enable Notifications OK No thanks